Accueil / Histoire et fonction / La Cour et ses maîtres / Etudes modernes / Journal de ce qui s’est passé à Versailles (...)

Journal de ce qui s’est passé à Versailles depuis l’instant de l’arrivée de Monsieur le comte et de Madame la comtesse du Nord, jusqu’à celui de leur départ

Anonyme

Anonyme, "Journal de ce qui s’est passé à Versailles depuis l’instant de l’arrivée de Monsieur le comte et de Madame la comtesse du Nord, jusqu’à celui de leur départ. Paris, Archives nationales, O1 824, fos 80ro-90ro", Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles, 2014

Résumé de l’article

La voyage du « comte » et de la « comtesse du Nord » (noms d’emprunt utilisés par le grand-duc Paul de Russie et son épouse Marie Feodorovna) à travers l’Europe en 1781-1782 a fait l’objet d’un nombre considérable d’écrits qui varient aussi bien par leur genre que par le public ciblé. À l’intérieur de ce corpus, le « Journal de ce qui s’est passé à Versailles depuis l’instant de l’arrivée de Monsieur le comte et de Madame la comtesse du Nord, jusqu’à celui de leur départ » (Paris, Archives nationales, O1 824, fos 80ro-90ro) est l’une des principales sources de référence qui permet de retracer l’histoire de l’accueil du couple princier russe à la cour de France entre le 20 mai et le 19 juin 1782. Par sa narration systématique et détaillée des faits, ce document permet de préciser le déroulement chronologique de cette visite « incognito », ses particularités protocolaires, ainsi que le programme culturel et mondain proposé au couple princier. S’ouvrant par la cérémonie de présentation des « illustres voyageurs » au roi de France et à la famille royale, le journal relate toutes les étapes phares de la visite, comme le concert donné dans la Grande Galerie de Versailles, le souper et l’illumination des jardins au Petit Trianon le 6 juin 1782, ou encore le grand bal du 8 juin 1782 dans la salle de spectacles du château. Le « Journal » ne se limite pas aux événements de parade ; il consigne également des moments de loisirs et des interactions à caractère plus privé : les repas, en particulier avec la famille royale, les promenades dans les jardins versaillais et les visites guidées des collections du roi. En outre, les informations fournies par le texte contribuent à esquisser le réseau de contacts que les voyageurs couronnés russes et les membres de leur entourage établissent à la cour royale de France, ce qui conduit à enrichir notre regard sur les échanges inter-curiaux à l’échelle européenne au XVIIIe siècle.

Lire la suite (Revues.org)