Accueil / Individus, familles, groupes / Familles / Etudes modernes / "Au défaut des mâles". Genre, succession (...)

"Au défaut des mâles". Genre, succession féodale et idéologie nobiliaire (France, XVIe-XVIIe siècles)

Sylvie Steinberg

Steinberg, Sylvie, « "Au défaut des mâles". Genre, succession féodale et idéologie nobiliaire (France, XVIe-XVIIe siècles) », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 3/2012 (67e année), p. 679-713.

Résumé de l’article

Aux XVIe et XVIIe siècles, les filles de la noblesse française sont appelées à succéder au fief à défaut d’héritier mâle. Au cours du XVIIe siècle, des décisions royales ainsi que la jurisprudence ont tendu à limiter cette possibilité, le critère de masculinité s’imposant, sans toutefois qu’il devienne jamais exclusif. L’examen des débats juridiques qui ont accompagné cette évolution permet de mettre en évidence certaines des mutations idéologiques qu’a connues la noblesse française durant cette période. La montée en puissance de la notion de service, les changements intervenus dans l’administration des preuves de noblesse, l’aspiration à une certaine fermeture de l’ordre sont liés à une conception nouvelle du genre, défini non plus en référence à la place et au rôle que chacun occupe dans la lignée et la fratrie, mais à une identité immuable, définie pour sa part comme une qualité inhérente à la personne, de même que l’est la noblesse elle-même.

Lire la suite (Cairn.info)