Accueil / Art et culture / Architecture, jardins et urbanisme / Etudes modernes / La galerie dans le château français : place et (...)

La galerie dans le château français : place et fonction

Jean Guillaume

Jean Guillaume, "La galerie dans le château français : place et fonction", dans Revue de l’Art, année 1993, volume 102, numéro 102, pp. 32-42.

Extrait de l’article

La galerie n’est pas propre à la France, mais elle a pris dans ce pays une telle importance qu’elle fait figure de particularité nationale. Aussi Serlio croit-il nécessaire d’expliquer à ses lecteurs de quoi il s’agit : un luogo da passagiare che in Franria si dice galeria. Pour Savot « tant plus les galeries sont longues, tant plus sont-elles trouvées belles en France » ...

Il y a une vingtaine d’années, Wolfram Prinz eut le grand mérite de s’intéresser aux origines et aux fonctions de cette pièce. Non sans raison, il vit dans la galerie François Ier l’exemple accompli de la galerie française et le modèle des galeries italiennes. Pour lui, comme pour Hautecœur qui consacre une page au sujet , la fonction de cet espace est claire : il est destiné aux fêtes ou, plus tard, à la présentation d’une collection. Deux comptes rendus critiques importants - signe de l’intérêt suscité par le livre — ont insisté sur les précédents médiévaux et antiques, montré que le même mot recouvrait des réalités différentes, du simple passage à la grande pièce, mais ils n’ont pas mis en doute la fonction d’apparat de la galerie-pièce. Il en est de même dans les travaux les plus sérieux sur le château français. En un mot, tout se passe comme si les auteurs voyaient les galeries du XVe et du XVIe siècles à travers Versailles : la galerie sud de l’hôtel Jacques Cœur est « un grand salon pour les fêtes », la galerie François Ier est empruntée par « tous les courtisans pour se rendre d’une partie du château à l’autre ». Nous-mêmes avons souvent dit et enseigné que cette pièce remplaçait la « grande salle » médiévale, disparue en effet au cours du XVe siècle...

Lire la suite (Persée)