Accueil / Histoire et fonction / Maisons, services et charges / Etudes modernes / La condicion de l’hystoriographe : enquête sur (...)

La condicion de l’hystoriographe : enquête sur une figure et un statut dans l’œuvre de George Chastelain 

Estelle Doudet

Doudet, Estelle, « La condicion de l’hystoriographe : enquête sur une figure et un statut dans l’œuvre de George Chastelain », Le Moyen Age, 3/2006 (Tome CXII), p. 545-556.

Extrait de l’article

Depuis l’assertion d’A. Molinier dans Les sources de l’histoire de France en 1904, il est devenu commun de répéter qu’« à la fin du Moyen Âge, l’histoire s’est faite bourguignonne. Des Rhétoriqueurs aux mémorialistes, l’écriture historiographique en Bourgogne a elle-même une histoire, placée sous le double signe de la varietas et de la copia. Variété et richesse d’un genre qui sont liées à l’éclosion d’une culture propre à cet espace septentrional, soutenue par une volonté politique originale. La puissance du duché Valois, au cours de ce XVe siècle où il domine les affaires européennes, s’exprime en effet non seulement par les armes et la diplomatie, mais par l’affirmation d’une autonomie culturelle, dont l’écriture historiographique est l’un des plus efficaces moyens. Qu’est-ce qu’un historiographe officiel bourguignon, lorsque cette fonction est confiée pour la première fois en 1455 à George Chastelain ? Qu’est devenu ce statut vingt ans plus tard, en 1473, lorsque le même auteur reçoit de Charles le Téméraire un nouveau titre : l’indiciaire ? Ce terme, créateur d’une sorte de conscience dynastique chez les successeurs de Chastelain et qui sera le moteur d’une réflexion chez Jean Molinet et Jean Lemaire de Belges, ne couronne que fort tardivement la carrière du premier Rhétoriqueur. Entérinant la réussite d’une entreprise autant historiographique que rhétorique, le statut d’indiciaire puise ses sources dans ce que Chastelain nomme quant à lui la condicion de l’hystoriographe. D’un titre à l’autre, d’une génération à la suivante, au cours de l’œuvre de Chastelain se dessine une recherche sur l’écriture de l’histoire à laquelle la définition problématique de ce qu’est un « Rhétoriqueur » semble profondément liée.

Lire la suite (Cairn.info)