Accueil / Histoire et fonction / Perception de la cour & la royauté / Etudes modernes / L’étranger à la cour de France selon l’ambassade (...)

L’étranger à la cour de France selon l’ambassade espagnole auprès du Roi très chrétien (1re moitié du XVIIe siècle) 

Alain Hugon

Hugon, Alain, « L’étranger à la cour de France selon l’ambassade espagnole auprès du Roi très chrétien (1re moitié du XVIIe siècle) », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles, 2016

Résumé de l’article

La question de la perception des étrangers se pose de manière singulière pour les diplomates du roi d’Espagne à la cour de France car ils étaient issus d’un Empire qui agrégeait de nombreuses possessions et de nombreux peuples, et eux-mêmes n’étaient pas toujours de la nationalité de leur souverain. De ce fait, les ambassadeurs du Roi catholique percevaient-ils la nationalité et la naturalité différemment des sujets du roi de France en sa cour ? L’hostilité de celle-ci à leur égard et le contexte de rivalité expliquent l’attention que mettaient les diplomates à s’observer les uns les autres, bien qu’ils fussent tous étrangers. Ils se trouvaient confrontés à un espace curial qui délimitait de plus en plus nettement les espaces de pouvoir, favorisant les concurrences diplomatiques. Par ailleurs, une tendance à l’institutionnalisation des fonctions de contrôle des agents apparaissait à la cour de France, à laquelle ils étaient sensibles.

Lire la suite (Revues.org)