Accueil / Art et culture / Mécénat, collections et gestion / Etudes modernes / Les collections du comte de Chambord à (...)

Les collections du comte de Chambord à Chambord (1820-1883). Le testament d’un héritier malheureux

Luc Forlivesi, Denis Grandemenge

Forlivesi, Luc, Grandemenge, Denis, « Les collections du comte de Chambord à Chambord (1820-1883). Le testament d’un héritier malheureux », In Situ, 29 | 2016

Résumé de l’article

De 1821 à 1883, le domaine de Chambord a appartenu à Henri, duc de Bordeaux puis comte de Chambord, petit-fils du roi Charles X et héritier du trône de France. À sa mort ses neveux, les princes de Bourbon-Parme, ont hérité du domaine et l’ont géré jusqu’à la mise sous séquestre en 1915. Les quelques salles du château ouvertes au public depuis 1821 ne présentent que peu d’œuvres ou d’objets d’art, tout le mobilier ayant été vendu à la Révolution. Mais à partir des années 1848-1850, une politique d’acquisition est mise en œuvre par le prince en exil grâce à son administration sur place. Éloigne de ses partisans, il se veut proche des Français et cherche à faire du château un lieu de mémoire dynastique des Bourbons, faute de restauration monarchique. Une étude systématique des archives du domaine déposées aux Archives départementales de Loir-et-Cher permet de comprendre le parti pris pour ces aménagements de salles et ces achats d’œuvres d’art. Sur une plus longue durée, il faut aussi mettre en perspective les choix de présentation faits depuis 1930, date d’acquisition du domaine par l’État pour en analyser l’histoire diachronique.

Lire la suite (Revues.org)