Accueil / Art et culture / Littérature et philosophie / Etudes modernes / L’expérimentation d’une méthode : les mazarinades (...)

L’expérimentation d’une méthode : les mazarinades de Christian Jouhaud

Michel de Certeau

Michel de Certeau, "L’expérimentation d’une méthode : les mazarinades de Christian Jouhaud", dans Annales, année 1986, volume 41, numéro 3, pp. 507 - 512.

Extrait de l’article

L’exercice d’une méthode

En analysant les Mazarinades (1648-1653), littérature pamphlétaire qui a proliféré surtout en 1649 (2 000 pamphlets) et 1652 (1 500), Christian Jouhaud se donne un objet dont le traitement est particulièrement délicat. Il entre dans un labyrinthe de textes éphémères, elliptiques, bourrés d’allusions à l’événement du jour, rompus à toutes les ruses de la controverse, supposés accrédités par la place, souvent fictive, qu’ils se donnent dans le débat tout à la fois « convulsif », spectaculaire et commercial (il faut vendre) opposant alors le parti de Condé, celui de Mazarin, et le tiers parti dont Retz se prétendait l’instigateur.

Son livre est l’effet d’un choix, qui consiste à faire de l’analyse d’un « cas » historique l’exercice d’une méthode. Pour cette raison, il appelle plus de développements. Il a deux objectifs. D’une part, il cherche à déterminer comment lire ces documents. On ne peut supposer que n’importe quel texte est, en histoire, justiciable de la même méthode d’interprétation. Mais pour définir une pratique des textes à traiter, il faut aussi caractériser un type propre d’écriture, repérer pour quoi et comment on écrivait et publiait des Mazarinades. Tel est le fil conducteur du livre, chaque fin de chapitre venant ajouter son résultat à la progressive élucidation d’une manière d’écrire et d’une manière de lire.

D’autre part, il vise à distinguer des cas de figure, de façon à établir une taxinomie qui différencie des espèces.

Lire la suite (Persée)