Accueil / Vie quotidienne / Corps, costume et parure / Etudes modernes / Versailles, source ou miroir des modes (...)

Versailles, source ou miroir des modes Louis-quatorziennes ? Sourches et Dangeau, 1684-1685

Hélène Himelfarb

Hélène Himelfarb, " Versailles, source ou miroir des modes Louis-quatorziennes ? Sourches et Dangeau, 1684-1685", dans Cahiers de l’AIEF, année 1986, volume 38, numéro 1, pp. 121 - 143.

Extrait de l’article

On sait la longue naïveté, attendrissante ou consternante selon le point de vue où on la considère, de notre enseignement touchant Versailles et la cour du roi Louis XIV. Décrit à nos jeunes gens en monument délibéré, définitif et fastueusement incommode d’un absolutisme sans faille, peuplé de courtisans vaniteux et serviles gravitant autour d’un monarque lucidement solaire, comment Versailles n’eût-il pas passé pour le créateur et l’arbitre des modes ? Quelques extraits tronqués ou isolés de La Fontaine, de Mme de Sévigné ou de La Bruyère — Obsèques de la Lionne, lettre sur la coiffure à la Fontanges, ou fragment 16 du chapitre De la Mode — et c’en était assez pour s’assurer, paresseusement et sans guère d’égards pour la chronologie, qu’en tous usages Versailles donnait le ton.

De pareille simplification, la commodité saute aux yeux : à l’hégémonie de la Cour et de Versailles pouvait succéder, avec la Régence et le XVIIIe siècle, et après la sombre transition fournie par les revers du vieux Roi, celle de Paris et des Philosophes. C’était faire bon marché de bien des complexités : celles de Versailles, de son histoire et de ses fonctions, dans l’étude desquelles nous commençons à peine à sortir du stade préhistorique ou mythique ; celles des rôles assignés au souverain et à la Curia Régis à la fois par la tradition française et par les profondes mutations de l’ère louis-quatorzienne ; celles des relations entretenues par les diverses résidences royales, anciennes ou récentes ; celles surtout des puissants flux et reflux d’influences entre Ville et Cour, entre Epée, Robe et Finances, entre princes et courtisans, au sein même de la famille royale et de son entourage, entre générations d’héritiers, centres de cabales ou groupes de pression.

Lire la suite (Persée)