Accueil / Représentation et festivités / Entrées et cortèges / Etudes modernes / Le Roi, l’Empereur, la Ville - Variations sur (...)

Le Roi, l’Empereur, la Ville - Variations sur l’Entrée royale dans l’oeuvre poétique de V. Hugo avant l’exil

Franck Laurent

Le Roi, l’Empereur, la Ville - Variations sur l’Entrée royale dans l’œuvre poétique de V. Hugo avant l’exil. Communication du 17 décembre 2005, publié par le groupe Hugo (université Paris 7) en ligne (http://groupugo.div.jussieu.fr/Groupugo/05-12-17Laurent.htm).

Extrait de l’article

Les monarchies du dix-neuvième siècle, en mal de légitimité politique, ont tenté d’user à leur profit du modèle de l’Entrée royale. Mais cette revisitation d’une pratique issue d’un lointain passé relève souvent du bricolage, tel que sa solidité symbolique et idéologique paraît bien relative. Un exemple frappant nous en a été fourni ici même par Olivier Bara, étudiant les « gratis » donnés par les théâtres à l’occasion des grandes festivités officielles de la Restauration, et notamment du sacre de Charles X : que reste-t-il au juste de l’Entrée, cette fête de souveraineté par excellence, cette démonstration de la majesté royale ou impériale, quand elle passe ainsi à la moulinette du vaudeville, si bien-pensant fût-il ?

Le corpus que je vais étudier semble a priori davantage en phase avec la grandeur supposée de l’événement : des pièces de vers, relevant pour la plupart de la tradition de l’ode héroïque (structure strophique, lyrisme empreint d’une noble véhémence), écrites par un poète qui s’est illustré d’abord dans la solennisation des grandeurs, éclatantes ou sombres, de l’Histoire contemporaine.

Lire la suite (site du groupe Hugo, université Paris 7)