Accueil / Art et culture / Transferts culturels / Etudes modernes / De Madrid à Paris : François Ier et la Casa de (...)

De Madrid à Paris : François Ier et la Casa de Campo

Fernando Marias

Fernando Marias, "De Madrid à Paris : François Ier et la Casa de Campo", dans Revue de l’Art, 1991, n° 1, pp. 26-35.

Extrait de l’article

Les relations artistiques et archi­tecturales entre l’Espagne et la France à la Renaissance forment un thème qui n’a pas encore été abordé, tant dans son ensemble qu’en détail. Logiquement, le phé­nomène d’échanges le mieux connu concerne la présence dans la pénin­sule de sculpteurs français, de Felipe Bigarny à Esteban Jamete et Juan de Juni ; mais l’historiographie espa­gnole tend essentiellement à les considérer, à première vue, comme des cas très clairs d’« espagnolisation », sans même chercher à connaître la manière dont s’est opé­rée cette transformation et sa na­ture.

Dans le domaine architectural, on n’en est pratiquement pas encore à l’énumération des cas. Ce vide conduit à supposer l’absence d’échanges, malgré les preuves évi­dentes d’influence française que montrent quelques œuvres aragonaises. L’autre sens, Espagne-France, est encore moins défriché, à l’exception de quelques généralisa­tions dangereuses rendues récem­ment, dans le domaine de stéréoto­mie, à de plus justes proportions. Le rôle réel en France du texte de Diego de Sagredo demeure toujours un mystère, tout comme l’hypothé­tique influence espagnole sur le château de Madrid, dans le Bois de Boulogne, dont le nom provoque une interrogation que même le riche et récent livre de Monique Chatenet n’a pu résoudre. Consacré à cet édifice, notre article voudrait clarifier l’origine de ce nom et retracer le cheminement de ce rare exemple d’« influence » espagnole sur l’archi­tecture française du XVIe siècle.

Lire la suite (Persée)