Accueil / Art et culture / Architecture, jardins et urbanisme / Etudes modernes / Philibert De l’Orme à Paris : les Tuileries et (...)

Philibert De l’Orme à Paris : les Tuileries et l’Arsenal

Jean-Marie Pérouse de Montclos

Jean-Marie Pérouse de Montclos, " Philibert De l’Orme à Paris : les Tuileries et l’Arsenal", dans Revue de l’Art, année 1996, volume 111, numéro 111, pp. 40-50.

Extrait de l’article

Le catalogue de l’œuvre de Philibert De l’Orme reste à faire. La meilleure monographie consacrée à cet artiste, celle d’Henri Clouzot, remonte à 1910. Elle ne prend évidemment pas en compte l’exceptionnelle moisson de textes rassemblés par Maurice Roy dans Artistes et monuments de la Re­naissance en France, parus en 1929. Le Philibert De l’Orme d’Anthony Blunt (1958) est une an­thologie enrichie de quelques brillantes hypo­thèses. Les châteaux sont la partie de l’œuvre aujourd’hui la mieux connue. On n’oubliera pas l’exemplaire étude du château de Saint-Léger-en-Yvelines, menée par Françoise Boudon et Jean Blécon (1985) ou le Madrid de Monique Châtenet (1988). L’exposition des Archives municipales de Lyon, Philibert De l’Orme lyonnais (1993), orga­nisée par Dominique Bonnet-Saint-Georges a ouvert d’intéressantes perspectives sur l’œuvre de Philibert dans sa ville natale. L’œuvre la moins connue est paradoxalement l’œuvre parisienne : pourtant les matériaux surabondent dans ce chan­tier prestigieux, constamment approvisionné par l’érudition. Du catalogue que nous préparons, nous détachons ici les articles consacrés aux Tui­leries et à l’Arsenal.

Lire la suite (Persée)