Accueil / Art et culture / Architecture, jardins et urbanisme / Etudes modernes / Une nouvelle « cheminée de Castille » à Madrid (...)

Une nouvelle « cheminée de Castille » à Madrid en France

Monique Chatenet

Monique Chatenet, "Une nouvelle « cheminée de Castille » à Madrid en France", dans Revue de l’Art, année 1991, volume 91, numéro 91, pp. 36-38.

Extrait de l’article

Ainsi la plaisanterie, somme toute assez cruelle, à l’origine du surnom de « Madrid » fustigeait-elle l’étrange idée qu’avait eu François Ier de s’inspirer, pour sa demeure du bois de Boulogne, d’une maison de campagne qu’il avait pu examiner à loisir lors de son séjour forcé dans la future capitale espagnole. Fer­nando Marias, en rétablissant la chronologie de la Casa de Campo et en retrouvant son plan — si élo­quent avec sa salle centrale flanquée de pavillons carrés recoupés en croix et ses loggias de tous côtés — a trouvé la solution d’un problème qui avait fait couler beaucoup d’encre depuis le milieu du XVIe siècle. La situation forestière de la Casa de Campo, sa vocation de maison de plaisance suburbaine sont d’autres ressemblances symptomatiques avec le château français.

Comme le suggère très justement en conclusion Fernando Marias, l’emprunt de « Madrid » à l’Espagne ne fait que se combiner à d’autres influences tout aussi indéniables. J’y vois toujours celle de la France pour les pavillons latéraux cantonnés de tours, qui s’inspirent de Chenonceau et du « donjon » de Chambord, et celle de l’Italie pour la disposition de la partie centrale, c’est-à-dire la salle avec ses deux larges loggias et ce que j’ai appelé les corps intermé­diaires contenant « sallette » et « tri­bunal » qui forment avec la première un plan en H. Mais en fait d’hispanismes, il reste à retracer l’origine de deux dispositions invisibles sur le plan de la casa : les alcôves, que l’on trouve aussi à la Muette et dans de nombreux projets du Livre VI de Serlio, et la « cheminée faicte à la mode de Castille », que mentionne un devis de charpenterie de 1550, appellation également attestée aux châteaux de Saint-Germain-en-Laye et de Jouy-en-Josas.

Lire la suite (Persée)