Accueil / Individus, familles, groupes / Artistes et architectes / Etudes modernes / Charles-François Mandar (1757-1844) ou (...)

Charles-François Mandar (1757-1844) ou l’architecture dans ses détails

Antoine Picon

Antoine Picon. Charles-François Mandar (1757-1844) ou l’architecture dans ses détails, Revue de l’Art, 1995, n° 1, pp. 26-39.

Extrait de l’article

Au cours de la première moitié du XIXe siècle s’affirme une architecture d’ingénieur rationnelle, sobre jusqu’à l’excès, que l’on rapporte volontiers à l’enseignement dispensé par Durand à l’Ecole polytechnique. Cependant ce dernier n’est pas seul en cause. D’autres figures, d’autres influences per­mettent de mieux comprendre la pratique archi­tecturale des ingénieurs de l’Etat, les principes dont elle procède ainsi que les questions qu’elle pose.

Dans cette perspective, l’action de Charles-François Mandar, professeur d’architecture à l’E­cole des Ponts et Chaussées, l’une des principales écoles d’application de Polytechnique, de 1796 à 1820 revêt un relief tout particulier. Chargé d’en­seigner le projet aux futurs ingénieurs des Ponts et Chaussées, Mandar ne se contente pas d’appli­quer les règles générales de composition édictées par Durand. A la recherche d’une efficacité plus immédiate, sa démarche témoigne d’un certain nombre d’interrogations originales, touchant aux rapports entre architecture et construction notam­ment, interrogations appelées à prendre une im­portance grandissante par la suite.

Lire la suite (Persée)