Accueil / Art et culture / Architecture, jardins et urbanisme / Etudes modernes / Le logis de François Ier au Louvre

Le logis de François Ier au Louvre

Monique Chatenet

Monique Chatenet, "Le logis de François Ier au Louvre", dans Revue de l’Art, année 1992, volume 97, numéro 97, pp. 72-75.

Extrait de l’article

Contrairement à une idée communément admise, le château le plus habité par François Ier ne fut pas Fontainebleau, mais la vieille forteresse parisienne de Philippe Auguste remodelée par Charles V. Après avoir démoli la grosse tour du Louvre en 1528, François Ier répara les bâ­timents, ajouta des communs (cui­sines, logements, jeu de paume) et aménagea les intérieurs. Puis il atten­dit 1546 pour entreprendre la re­construction de son logis. Pourquoi une décision si tardive ? On pourrait penser que les aménagements de Charles V dont Mary Whiteley ré­vèle l’ampleur étaient encore suffi­sants au début du XVIe siècle, mais il n’en est rien. A en croire Sauval, François Ier aurait habité l’aile sud, qui bénéficiait de la vue sur la Seine, mais dont la chapelle encombrait la partie ouest. Le créateur de cette cour des Valois tant vantée dans nos livres d’histoire se serait donc établi dans un logis bien moins vaste que celui de son prédécesseur du XIVe siècle.

Un document inédit confirme ce déplacement du logis royal (pièce justificative 1, p. 74-75). Dans une lettre conservée au cabinet des ma­nuscrits, Nicolas de Neufville, commissaire des Bâtiments, décrit à Anne de Montmorency, grand maître de France, des travaux entrepris au Louvre sur ordre du roi. La lettre est datée du 13 août, sans autre préci­sion, mais il est aisé de restituer l’année. Le document est postérieur à août 1528, date à laquelle Nicolas de Neufville reçoit sa charge, et anté­rieur au 22 septembre 1531, mort de Louise de Savoie, car il y est fait mention du « logis de Madame ». Comme Neufville décrit par ailleurs l’aménagement d’un logis pour la reine, il y a tout lieu de penser que la lettre a été rédigée en août 1530, après le remariage de François Ier (juin) et avant le premier séjour à Pa­ris d’Eléonore de Habsbourg (décem­bre).

Lire la suite (Persée)