Accueil / Art et culture / Arts décoratifs / Etudes modernes / Une suite de portraits mythologiques émaillés (...)

Une suite de portraits mythologiques émaillés par Léonard Limosin

Thierry Crépin-Leblond

Thierry Crépin-Leblond, "Une suite de portraits mythologiques émaillés par Léonard Limosin", dans Revue de l’Art, année 1997, volume 116, numéro 116, pp. 17-26.

Extrait de l’article

Le goût de la Renaissance pour les portraits idéalisés de héros antiques est bien connu, même si l’analyse de la ge­nèse et de la diffusion de ce type de représentation reste à faire. La posses­sion et la circulation de monnaies anti­ques puis des premières médailles en bronze favorisèrent dès le Moyen Age la reproduction de portraits impériaux de profil inscrits dans un motif circu­laire, succès vite décuplé par la gravure et le climat d’émulation propre à la Re­naissance européenne. Ces portraits s’inspiraient d’œuvres de petit format, monnaies, médailles, mais aussi camées, que l’on imite particulièrement dans l’enluminure des manuscrits, autant que de réalisations sculptées particuliè­rement remarquées (façade de la char­treuse de Pavie, chapelle Colleoni à Bergame), et se retrouvent en France sur de nombreux supports décoratifs.

Lire la suite (Persée)