Accueil / Art et culture / Architecture, jardins et urbanisme / Etudes modernes / Louis XVI en l’Ile. Contribution à l’étude des (...)

Louis XVI en l’Ile. Contribution à l’étude des places royales parisiennes à la fin de l’Ancien Régime

Mark K. Deming

Mark K. Deming, Louis XVI en l’Ile. Contribution à l’étude des places royales parisiennes à la fin de l’Ancien Régime, dans Revue de l’Art, 1989, n° 1, pp. 86-92.

Extrait de l’article

Contribution à l’étude des places royales parisiennes à la fin de l’Ancien Régime

La place royale, conçue comme un espace ordonnancé à l’effigie du souverain, représente l’une des ex­pressions les plus accomplies de la culture urbaine de l’Ancien Ré­gime. On sait que ce thème, émi­nemment symbolique, évolua depuis les premiers exemples parisiens du début du XVIIe siècle. Aux « places-écrins » du Grand Siècle, des encein­tes monumentales de peu d’utilité pratique dédiées au culte du monar­que statufié, succédèrent sous Louis XV des espaces architectures qui, à Paris comme en province, mettaient en scène le nouvel idéal civique du despotisme des Lumiè­res. L’intention politique, claire­ment affichée par le biais d’un appareil iconographique d’accom­pagnement lui aussi repensé, se conjugua alors avec la volonté de créer, au nom de la notion « d’em­bellissement », un cadre urbain conforme aux besoins d’une société tendue vers le progrès. L’édilité et l’esthétique devaient intervenir pour une part plus large dans la composi­tion des programmes.

Ces places Louis XV, décrites et commentées par Pierre Patte dans son célèbre recueil — Les monuments érigés en France à la gloire de Louis XV(1765) constituèrent un moment privilé­gié dans l’histoire de l’aménagement de la ville pré-industrielle.

Lire la suite (Persée)