Accueil / Histoire et fonction / Politique, guerre et justice / Etudes modernes / Etat, Monarchie, Public

Etat, Monarchie, Public

Marcel Gauchet

Marcel Gauchet, "Etat, Monarchie, Public", dans C. Jouhaud (éd.), Miroirs de la raison d’Etat, Cahiers du Centre de Recherches Historiques, avril 1998, n° 20.

Extrait de l’article

Une observation générale, pour commencer, sur la démarche dont relève l’étude ici débattue. Elle ambitionne d’être une contribution de l’histoire intellectuelle à l’histoire générale. Elle voudrait montrer que les idées constituent parfois d’irremplaçables documents historiques. C’est le cas du corpus de la « raison d’Etat », à la charnière des XVIe et XVIIe siècles. Il est à traiter comme une source. Il constitue le témoignage le plus éloquent dont nous disposions pour prendre la mesure de l’événement qu’a représenté la surrection de l’« État » dans la période, de l’État en possession de son concept. Il y est allé d’une mutation mentale dans ce qui a rendu l’État de la sorte dénommable. Une mutation qu’on ne peut guère apercevoir et déchiffrer que depuis le faisceau d’arguments déployé par les théoriciens de la raison d’État Leur entreprise est avant tout, en effet, une réaction et une riposte à une réalité perçue comme nouvelle et menaçante. Elle est effort de maîtrise en même temps que tentative de sauvetage d’un cadre de pensée ébranlé par l’irruption d’une image inédite de la politique, de son ordre et de ses fins. En quoi ce discours, une fois convenablement situé, nous offre une chance unique de saisir l’un en regard de l’autre le système qui meurt et le système qui naît.

Lire la suite (revues.org)