Accueil / Représentation et festivités / Cérémonies & représentation / Etudes modernes / Les aspects matériels de la taxis byzantine

Les aspects matériels de la taxis byzantine

Marie-France Auzépy

Marie‑France Auzépy, « Les aspects matériels de la taxis byzantine », dans Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles, Objets et insignes du Pouvoir, 2005, [En ligne], mis en ligne le 16 juin 2008. URL : http://crcv.revues.org/index2253.html.

Extrait de l’article

La taxis grecque – correspondant exact de l’ordo latin – est un aspect essentiel de la civilisation byzantine : elle organise cette société de manière à ce que celle-ci soit un reflet aussi exact que possible de la société céleste, décrite en particulier par Denys l’Aréopagite. La taxis est donc à la fois précise et contraignante et nous a été transmise dans des livres décrivant le protocole : le De Cerimoniis au Xe siècle, le Traité du pseudo-Kodinos au XIVe siècle. Au cours de cérémonies où tous les aspects matériels – l’habit, la couronne, le trône, les acclamations à la gloire de l’empereur, l’orgue qui les accompagne, les gestes accomplis par l’empereur comme par ceux qui l’entourent – ont un sens, l’Empire byzantin affirme ainsi son équilibre et sa qualité de peuple élu. Jusqu’en 1204, les autres nations ont jalousé la qualité que s’était octroyée l’Empire romain d’Orient : celle d’image de la cour céleste, qui est figurée dans le cérémonial. Cette jalousie a pris d’autres formes après 1453, et l’on s’intéressera aux souverains européens qui, tel Louis XIV, ont voulu faire figure d’héritiers de l’empire défunt et relever ses cérémonies.

Lire la suite (Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles)