Accueil / Art et culture / Arts décoratifs / Etudes modernes / Jacques Daret et Nicolas Froment cartonniers (...)

Jacques Daret et Nicolas Froment cartonniers de tapisseries

Fabienne Joubert

Fabienne Joubert, "Jacques Daret et Nicolas Froment cartonniers de tapisseries", dans Revue de l’Art, année 1990, volume 88, numéro 1, pp. 39-47.

Extrait de l’article

En publiant récemment la collec­tion de tapisseries médiévales du Musée de Cluny, j’avais brièvement fait allusion aux problèmes de style que pose la tenture de la Vie de saint Pierre offerte à la cathédrale de Beauvais par Guillaume de Hellande, son évêque de 1444 à 1462. La plupart des fragments de cette tenture aujourd’hui dispersée évo­quent assez précisément l’art de Jacques Daret, un peintre dont la carrière s’est déroulée pour une grande part à Tournai, où il fut nommé principal de la Guilde de Saint-Luc en 1432, mais aussi à Arras, où il est installé de 1446 à 1458 pour le moins.

C’est d’ailleurs sur son séjour arrageois que la documentation conservée est la plus riche. De son activité de peintre — au sens étroit et inexact du terme — ne subsistent cependant plus que quatre panneaux du retable commandé par Jean du Clercq pour son abbaye de Saint-Vaast, en 1433 (la Visitation et l’Adoration des Mages (fig. 1) à Berlin-Dahlem, la Nativité dans la Collection Thyssen-Bornemisza à Lugano, la Présentation au Temple au Petit-Palais, à Paris (fig. 2). Mais de nombreux documents retracent une œuvre diversifiée, caractéristi­que de celle de tous les peintres à cette époque. Ainsi, en ce qui concerne la commande pour Saint-Vaast, s’il est payé 85 livres pour l’exécution des panneaux peints, il reçoit la même somme pour la polychromie de la caisse du retable et celle des sculptures.

Il s’occupe encore à peindre ou repeindre des statues funéraires, ou à élaborer un carton de tapisserie, ainsi que le « patron d’un lampier portant candélabre de laitton, lequel est mis et pendans au cuer de ladite église » (Saint-Vaast) ; il est chargé de la dorure d’une « columbe de letton et croche de cuivre... à lequel croche... est pendans et mise le cybore de l’église, desseure le grand autel », et enfin, il travaille à la dorure de la grande croix de la place Saint-Vaast. Par ailleurs, Daret est employé, avec d’autres, aux décora­tions du « Vœu du Faisan » à Lille en 1454, et à celles du mariage de Charles le Téméraire à Bruges, en 1468.

Lire la suite (Persée)