Cour de France.fr  /  Vie quotidienne  /  Gestion matérielle et inventaires Vous et Cour de France.fr À propos

Livre de comptes d’Anne d’Este de l’année 1593

Coester, Christiane (éd.)

 

Comment citer cette publication :
Christiane Coester (éd.), Livre de comptes d’Anne d’Este de l’année 1593, Paris, Cour de France.fr, 2009. Document inédit publié en ligne le 3 mai 2009 (http://cour-de-france.fr/article998.html).
Texte au format PDF


Le livre de comptes d’Anne d’Este de l’année 1593, contenant la dépense extraordinaire et les aumônes, est conservé à Turin, dans l’Archivio di Stato (via Piave) : Archivio camerale Piemonte, art. 806, par. 2, reg. 171. Le document n’est pas paginé, la pagination a été introduite par l’éditeur. Pour faciliter le repérage, les débuts de sections ont été mis en gras.
N.B. Anne d’Este écrit le mot « cent » de la manière suivante : « cant » ou « cans ». Il a donc été transcrit avec une cédille : « çant » / « çans ».
Je remercie Denis Villard pour la relecture attentive de l’introduction.

Table des matières
Introduction
Le livre de comptes d’Anne d’Este

Introduction

Anne d’Este, duchesse de Guise et de Nemours (1531-1607)

Née en 1531, fille du duc de Ferrare, Hercule d’Este, et de Renée de France, Anne d’Este était l’aînée de cinq frères et sœurs (son frère puîné, Louis, cardinal d’Este, mort en 1586, figure dans son livre de comptes en septembre 1593, fol. 36r). Elle était arrivée à la cour de France en 1548 comme épouse de François de Lorraine, duc d’Aumale, qui devint duc de Guise en 1550. En 1566, trois ans après la mort de son premier mari, Anne d’Este se remaria avec Jacques de Savoie, duc de Nemours, qui mourut en 1585. Jusqu’à la fin de sa vie, la princesse fit dire des messes pour ses maris défunts : en 1593, elle paya douze écus aux prêtres de Notre-Dame de Paris, où le cœur de son premier mari fut enterré (fol. 9r), et elle donna régulièrement de l’argent aux Augustins « pour le service » de ses deux maris (fol. 18v, 29v).

Des dix enfants d’Anne d’Este – sept du premier mariage et trois du second – quatre seulement étaient encore en vie en 1593 : sa fille Catherine de Lorraine, veuve du duc de Montpensier, et ses trois fils Charles de Lorraine, duc de Mayenne, Charles-Emmanuel de Savoie, duc de Nemours, et Henri de Savoie, Marquis de Saint-Sorlin. Dans le livre de comptes, les trois fils d’Anne d’Este sont souvent mentionnés. Charles de Lorraine est en général désigné comme « mon fils du Mayne » (fol. 18v), Henri de Savoie comme « mon fils le marquis » (fol. 7r). On y trouve également un de ses petits-fils, Charles-Emmanuel de Lorraine, deuxième fils de Charles de Lorraine et de Henriette de Savoie. Anne d’Este lui donne, en août 1593, « un ecu pour youer à la pomme » (fol. 32v), c’est-à-dire au jeu de paume, le jeu le plus apprécié de la noblesse française au XVIe siècle. Le nom de l’un de ses fils décédés figure également parmi les dépenses, quand la princesse, en septembre 1593, donne à « la norrice de Massimillian 15 ecus » (fol. 36v). Il s’agit ici de Maximilien de Lorraine, le plus jeune fils d’Anne d’Este et de François de Lorraine. Sa nourrice, Catherine Mirebel, avait déjà été la nourrice de son frère aîné, Henri de Lorraine, et il est intéressant de voir que la princesse continua d’aider la nourrice de ses fils longtemps après leur mort.

Les membres de la maison d’Anne d’Este profitèrent également de sa générosité. Le nom d’Anne Darnassal, une de ses filles de chambre, apparaît sur les listes de la maison de la princesse, de 1592 à 1607 ; en septembre 1593 elle reçoit quarante sous pour se faire soigner (fol. 36v). La petite Anne et le petit Jacques, probablement des enfants de serviteurs, ne furent non seulement vêtus par la princesse mais reçurent, avec une fille de chambre, des leçons pour apprendre à lire et à écrire : « Au pettit Yaques, à Madelayne et à la pettitte Anne quarante sous pour leur metresse d’escolle à lire et ecryrre » (fol. 31v). Anne d’Este n’oublia pas non plus les gens qui travaillèrent pour elle loin de Paris. En janvier, elle donna à « la yardiniere de Verneul un ecu trantesis sous » (fol. 3v). Il s’agit du château de Verneuil-sur-Oise que la princesse et son second mari avaient acheté en 1575 et où ils entreprirent de grands travaux. Après la mort de Jacques de Savoie en 1585, le château échut à leur fils, mais Anne d’Este restait impliquée dans la gestion de cette propriété : au début du XVIIe siècle, elle la vendit, au nom de son fils et pour lui permettre de payer une partie de ses dettes, à Henri IV.

La vente du château de Verneuil ne fut qu’une des diverses mesures prises contre l’endettement progressif d’Anne d’Este et de ses fils. À partir des années 1590, la princesse ne parvenait à subvenir à ses besoins que grâce à des emprunts, et à la mise en gage d’objets de valeur. En novembre 1593, les 100 écus qu’elle restitue à madame Hotman – qui deviendra un de ses créanciers les plus importants au début du XVIIe siècle – montrent l’ampleur de ses dettes (fol. 45r). En mars, la princesse remboursa des dettes qu’elle avait contractées pour acheter de la nourriture et du vin (fol. 13v) ; elle paya également une partie des dettes de ses fils. Il n’est donc pas étonnant de voir apparaître régulièrement dans le livre de comptes d’Anne d’Este le nom du sieur Roybon, qui était le contrôleur et receveur d’un de ses fils.

Un autre exemple illustre la précarité de la situation financière d’Anne d’Este : le destin de ses manteaux doublés de martre. En juillet 1593, on trouve dans son livre de comptes une « robbe de martre que y’achette et que Senami tien an gagge pour sis vins ecus », c’est-à-dire pour la somme de 120 écus (fol. 28r). Deux mois plus tard, la princesse s’achète une autre « robbe de martre » pour la somme de 120 écus, et comme elle voit l’absurdité de la situation, elle ajoute : « de quoy y’ai eu bon marché » (fol. 34v). Et c’est peut-être le même manteau doublé de martre qu’un des serviteurs d’Anne d’Este vendit, après la mort de la princesse, pour la somme de quinze écus (voir Extrait de l’inventaire après-décès d’Anne d’Este, fol. 22v).

Entre le roi et la Ligue : puissance et impuissance d’Anne d’Este en 1593

En 1593, Anne d’Este habitait à Paris, dans son hôtel particulier, situé rive gauche, à mi-chemin entre ses lieux de culte préférés : l’église Saint-André-des-Arts et le couvent des Augustins. Comme on peut le voir dans son livre de comptes, la princesse fit faire d’importants travaux pour aménager et améliorer sa demeure. En mars, par exemple, elle acheta du lambris pour plus de 32 écus, pour coffrer « la chanbre des pinturres et le cabinet d’aupres » (fol. 11v), et elle paya dix écus à un peintre « pour peindre la grand salle » (fol. 13r). En même temps, Anne d’Este fit rénover une partie de l’hôtel de la Reine, l’ancienne demeure de Catherine de Médicis dans la rue des Deux-écus. La princesse s’y était installée au cours de l’été 1589, après avoir été déclarée « reine-mère » par la Ligue. Elle habita les pièces occupées auparavant par Christine de Lorraine, petite-fille de Catherine de Médicis, et y resta pendant toute la durée du règne de la Ligue à Paris. En septembre 1593, la princesse fit « massonner deux portes et nettoyer le logis de la royne » (fol. 35r), et elle paya un écu à un maçon « qui a recouvert la pettite gallerie de ma chanbre au logis de la royne » (fol. 36v).

Le fait d’avoir pris possession du logis de la reine montre la puissance d’Anne d’Este pendant les années qui vont de la mort d’Henri III à la reconnaissance d’Henri IV par ses fils, les ducs de Mayenne et Nemours, qui comptèrent parmi les derniers rebelles au Bourbon. Dans sa « fonction » de « reine-mère de la Ligue », la princesse accomplit les tâches d’une « vraie » reine : elle participa aux réunions de la commission appelée « conseil d’État », qui se tinrent parfois dans l’hôtel de Nemours ; elle y recevait aussi des visiteurs officiels. Durant cette période, Anne d’Este semble avoir soutenu les prédicateurs extrémistes de la Ligue, comme le frère Daniel, accusé de démagogie par les modérés. Il avait reçu de la princesse des aides financières depuis 1589 et apparaît dans les listes de comptes en 1592 comme membre de sa maison, et encore avec des gages de 31 écus en septembre 1593 (fol. 33r).

Le prestige d’Anne d’Este dans la capitale atteignit son apogée pendant le siège de Paris par les troupes d’Henri IV, en 1590, quand elle fut l’une des premières à fournir des vivres à la ville. Trois ans après le siège, la princesse n’avait toujours pas récupéré tous les objets alors donnés en gage pour nourrir sa maison ; en novembre 1593 elle paya 48 écus pour retirer un vase « qui estoyt angaggé pour un muid de bled durant le siege » (fol. 42v). L’ampleur de l’engagement d’Anne d’Este en 1593 sort en outre du nombre de messagers qu’elle paya pour se rendre non pas seulement sur ses terres, comme à Nemours ou à Montargis, mais aussi dans le reste de la France, en Provence, en Auvergne, à Lyon et chez ses fils, pour la tenir informée des derniers événements.

L’événement-clé de l’année 1593, qui amena Anne d’Este à travailler pour la paix et à soutenir Henri IV, fut pourtant l’emprisonnement de son fils Charles-Emmanuel de Savoie, duc de Nemours et gouverneur du Lyonnais, par la population de la ville de Lyon en septembre 1593. Tous les efforts de sa mère pour obtenir sa libération furent vains, ainsi que les actions militaires de son frère Henri qui réduisirent en cendres la périphérie de la ville ; c’est seulement en juillet 1594 que le duc de Nemours put s’enfuir. Ces événements n’ont pas laissé de trace dans le livre de comptes, même si la princesse écrivit des dizaines de lettres pour obtenir la libération de son fils.

Le livre de comptes d’Anne d’Este

La comptabilité des dépenses de la maison d’Anne d’Este est divisée en deux parties : les dépenses ordinaires et les dépenses extraordinaires. L’ordinaire comprend toutes les dépenses de la vie quotidienne : les gages des membres de la maison, la nourriture pour la table de la princesse, pour sa maison et pour son écurie, le bois pour le chauffage, les bougies, les flambeaux et l’huile pour la lumière, etc. L’extraordinaire comprend les dépenses faites pour les besoins ou le plaisir de la princesse, mais aussi les aumônes. Alors que les livres de comptes de la dépense ordinaire furent tenus par le contrôleur d’Anne d’Este, le petit livre relié en cuir contenant ses dépenses extraordinaires est écrit de sa main.

La monnaie décimale n’étant apparue en France qu’en 1795, le système utilisé au XVIe siècle et donc dans les livres de comptes d’Anne d’Este, est le suivant : un écu (monnaie en or) valait trois livres (monnaie en argent) ; une livre valait vingt sous ; un sou valait douze deniers ; une livre valait donc 240 deniers. Pour consigner ses dépenses, Anne d’Este utilisa un système de notation reprenant chaque monnaie par ordre d’importance. Par exemple, la somme totale de la dépense extraordinaire du mois d’octobre 1593, qui s’élevait à 167 écus, deux livres, dix sous et dix deniers, fut notée ainsi : 167-2-10-10 (fol. 49r). Mais, dans la plupart des cas, la princesse négligea la livre et nota seulement les écus, les sous et éventuellement les deniers. En octobre, elle compta, pour de la toile de Hollande, douze écus et cinquante sous, notés ainsi : 12-0-50-0 (fol. 39r), au lieu de : 12-2-10-0. On trouve aussi dans le livre de comptes d’Anne d’Este des monnaies qui en principe n’étaient plus utilisées, comme le teston, qui valait environ vingt sous, ou une monnaie appelée par la princesse « double double », et qui valait apparemment quatre écus. Ainsi, en juillet 1593, elle donna au prêtre de l’église Saint-André-des-Arts « huit ecus an deux double double » (fol. 28v).


Janvier

[La première feuille du livre manque, contenant les aumônes de janvier.]
[fol. 1r est vide]

[1v] 1593
Janvier
Mes estrordinayres
Au mazzon le tro[i]sme dis ecus, ye lui an doys ancorre dis pour le parachevemant du logis de mes anfans
Plus le dit your un ecu pour ma chanbre
Plus pour des massagers un ecu le 4me
Au tanbours des Napolitayns quatre ecus pour leur estrenes
A la yardiniere de st Mor quarante huit sou
Au consierge sur ses parties quatre ecus
Pour un tableau à mestre Yerosme quatre ecus
[2r] Un ecu au consierge pour avoyr racoustré la tapisserie de ma chanbre
A monsr Pot pour deus paires d’heurres pour mes anfans un ecu vint sou
A Ragonde sur ses gagges sis ecus
Au yardinier troys ecus quarante deus sous
Auyourdui 10me à un messager provan[ç]al qui porte des lettres à mon fisl [!] quatre ecus
A un cordonier par parties arrestees quatre ecus et cinq sou
[2v] Au masson pour le parachevemant des logis de mes anfans dis ecus
Pour un livre pour ecrirre ma depanse trante cinq sou
A un messager de Dourdan trante sou
Randu un ecu quarante cinq sou que y’ai anpranté
Pour un dés que y’ai fayt racoustrer quarante cinq sou
Ballé à Moysi sur un certificat de Roybon vint ecus andossé
[3r] Pour des soullier pour la pettite Anne vint sou
A monsr Marescot dis ecus
Plus deus ecus ecus [!] que y’ai ballé à Lorans le messager que y’ai anvoyé à Montargis
A un messager de Dourdan demi ecu
A Yaqueline Verité andossé quatre ecus
Plus quarante huit sou
Plus pour çant gettons d’ivoyre avec leur boytte un ecu
Pour un mantheau de sarge pour moy sis ecus vintquatre sou
[3v] Au serrurier pour parties à lui deues set ecus trante set sous
Au menusier douze ecus vint troys sous
Au laquays de Basoche cinq ecu pour s’an aller trouver mon fils
A monsr Mareschot deus ecus
A l’apothiquayre Dumont quatre ecus andossé sur ses parties
Au masson huyt ecus
Au messager d’Auvergne qui partist le vintunme deus ecus vint quatre sou
A la yardiniere de Verneul un ecu trantesis sous
A Blamond le sommelier de mon fils deus ecus an don
[4r] A la famme de Criou sur des parties qui sont perdues, qui se montoyt quatorse ecus, pour parachever de les payer et desquelles el[le] avoyt desya receue quatre ecus, com[me] il appert par sa quittance, dis ecus
Au mazzon quatre ecus sur parties des lanbourdes qu’il a posees aus chanbres de mes anfans
Plus aus menusiers de mesme pour le logis de mes anfans quatre ecus

Somme toutte de l’estrordinaire de yanvier 1593 çant cinquante cinq ecus trantehuit sous Arresté le premier de fevrier
Et les aumonnes du dimanche 17 [écus] 18 [sous] 6 [deniers]

Février

[4v] Aumonnes de fevrier 1593
Le your de la Notre Dame de la Chandelleur à deus ecus
Le 4me quarante huit sou
Plus le dit your 1 [écu] 1 [livre] 16 [sous]
Plus dis neuf sou
Le 7me quarante huit sou
Plus quarante huit sou
Deus ecus vint quatre sou
Un ecu trante sis sous
[6r] Le 14me deus ecus trante sis sous
Aumonne
Aus Yacopins quatre ecus
Quatre ecus aus pauvres de la paroysse le 18me
Le 22me un ecu trante sis sous
[somme :] 22 [écus] 1 [livre] 5 [sous]

[6v] Estrordinayre de fevrier 1593
Pour une robbe de sarge pour Madelayne deus ecus vint quatre sou
Plus pour une payre de soulliers vint sous
A Bonifaccio pour un voyage deus ecus vint quatre sous
A Francoys Canart andossé sur son certificat de Roybon deux ecus vint quatre sous
Plus cinq ecus pour pour [!] faire apporter du lanbris
Plus pour un boys de lit pour mes fammes de chanbre troys ecus vint sou
Plus pour ma chanbre trante sis sous
[7r] A Pierre Mousseau deus ecus vint quatre sous
Plus à l’apothiquayre Dumont sur ses parties troys ecus douze sous
A un messager de Lion un ecu troys sous
Au yardinier un ecu trant sis sous
Au masson pour parfayt payemant de tout l’ouvrage qu’il a fait ceans quatre ecus cinquante set sous deus denier hormis se qu’il faut à la gran salle et la chanbre de mon fils le marquis
A mestre Charles surgien deux ecus
[7v] Au menusiers tout se qui leur est deu pour tout seans ormis la grand salle, lanbris et parquettage, et à la chanbre de mon filz le marquis le lanbris, huit ecus trante et un sou
Plus avansé au masson sur ce qu’il fayt à la grand salle quatre ecus
Quarante huit sous
[8r] A un messager de Provance un ecu troys sous
A Yaques Boys messager de Lion troys ecus vint quatre sous
Plus pour troys peaus de parchemin vint et un sou
Pour un pettit cofre de fer vint sou
Pour achetter set thoyse de parqués à deus ecus la thoyse, e[t] puis deus ecus par dessus le marché
Plus dis set ecus pistoles que y’ai randus pour sese ecus vint sis sous que l’on m’avoyt presté
Plus pour du pappier sinquante huit sous
[8v] Au yardinier sinq ecus vint cinq sou
Pour le port de mes parqués vint quatre sous
A monsr Montanus un ecus trante sis sous
Quatre ecus andossé au cordonnier Puthomme
A Lorans messager que y’ai anvoyé à Montargis deux ecus
Au menusier dis ecus an avanse sur la grand salle
Au masson sur avanse, outre les quatre ecus, sis ecus vint sous
[9r] A un messager d’Avignon deus ecus qui a porté des lettres à mon fils
A Gagnan pour aller à Reyns
A Dumont l’appotequayre 4 [écus]
A madamoyselle de Bonmercat pour des espingles
A Morillon sur ce qui lui est deu sis ecus pistoles qui valle[n]t cinq ecus quarante huit sou
A messire Pierre 2 [écus]
Au peintre mestre Yherosme sis ecus
A messieurs de Nostre Dame douze ecus pour le service de feu Monsyeur mon premier mari

[9v] Somme toutte des parties estrordinayres du moys de fevrier se monte à deus çans vint huit ecus quarante quatre sous deus [deniers]
Et les aumonnes se monte vint deux ecus vint sous
Somme toutte des dites parties ansanble deux çant cinquante ecus neuf sous deus denier
Y’ai rabattu les settante ecus de gagges que y’ai ecrit au chapitre des gagges par ansi se moys ne monte d’estrordinayre que çant ottante ecus neuf sous
Arresté

[10r] Gagges
A Soulfour sur ses gagges, comm[e] est ecrit an mon estrordinayre de fevrier, settante ecus

Mars

[10v] Aumonnes de mars 1593
Le premier de mars quarante huit sous
Le huityesme quatre ecus
Deus ecus le 9me
[11r] Plus deus ecus le 16me
Le mesmes your par don aus Augustins un ecu
Le 17me un ecu
Le 18me deus ecus
Plus 12 ecus : à mestre Mattel sis ecus, à monsr Maritier quatre ecus, à mr Veron deux ecus
Deus ecus vint quatre sou le 21me
A Clemant portefays deux ecus vint quatre sou
Quarante huit sous
Pour le your de la Notre Dame quatre ecus plus trante sous
Plus quatre ecus
Plus un ecus trantesis sous
Plus quarante huit sou
A Barbe, quarante huyt sou
Un ecu trante sis sous

[11v] Estrordinayre de Mars 1593
A ceus de la porte de Bussi le premier de mars your de caresprenant deux ecus
Pour achetter du lanbri trante thoyse pour la chanbre des pinturres et le cabinet d’aupres 32 [écus] 1 [livre] 10 [sous]
Pour du parquetage pour achever la grand salle trese livres
A l’apothiquare Dumont quatre ecus andossés
Au masson le 13me pour tout se qui lui est deu seans neuf ecu cinquante set sou
Au menusier dys ecus le 13me, ye ne leur doys plus rien car ye l’ay payé pour tout se qui a esté fayt yusque auyourduy, il ne reste plus à fayre que la chanbre de mon fils le marquis que ye leur devray aussi
[12r] Pour la carosse vint quatre sou
Pour un messager de Freteval quarante huit sous
A madle de Bonmarcat pour les filles de Montegal vint ecus
Plus pour les dites filles de Montegal sis ecus
Pour les dittes filles ancorre quatre ecus
A Yhean Battiste messager unze ecus pour son voyage et pour des pattenostres de st Claude unze ecus
A Blamont que ye lui ay donné pour aller trouver mon fils quatre ecus
[12v] A Grand Yhean le somelier quatre ecus quant il est sorti de quartier
A Madame Guedon andossé huit ecus
Pour un tableau que y’ai achetté deus ecus un quart
Au messager de Nemour un ecu
A un laquais de la princesse de Conti vint quatre sous
A Michel pour parties quatre ecus dis set sous et sis [deniers]
A Camillo pour couvrir les carreaus de la coche et pour avoyr rettiré une housse de mullet de littiere deux ecus
A la servante de madame de st Dominique qui a ammeyné les filles de Montargis 2 [écus]
A Messier cinq ecus trante sis sou andossé
[13r] Au menusiers pour tous ce que ye leur [dois] quatorse ecus que ye leur ay payé
Ballé vint ecus au masson pour fayre les gardes manger et le cabinet
Au serrurier qui lui est deu yusque au dernier de mars unze ecus neuf sou
Au menusier d’avanse sur les fenestres des deux chanbres de mes anfans sis ecus et sur les portes de la salle
Aus peintre par avanse dis ecus pour peindre la grand salle
Pour deus payre d’heurres deux ecus quatre sou

[13v] Mars 1593 dettes payees
Premieremant à Nauhardi çant ecus que ye lui devoys pour cinq piesses de vin qui m’avoyt cousté vint ecus la piesse, ye ne les tire point an conte car elle est ecritte sur mon bureau de mars 1592
Plus quatre çans ecus que y’ai ballé au sr Balbani assavoyr an aryant contant çant soyssante ecus et par une rescrition que y’ai faytte sur Nicolas Gerbaut deus çans quarante ecus, conté sur le livres de la depanse parce que s’est provision
A Puthomme andossé cinq ecus trante sis sous
A Francoys Leseure fourbisseur andossé cinq ecus trantesis sous
A monsr Lodet sur une partie de trese çant vint deux ecus quarante huit sou et neuf [deniers], çant ecus andossés
[14r] A Pitorchi pour deus mois et demi de bled qu’il m’a fourni à set ecus le settier deus çans dis ecus, ye ne tirre point issi an ligne car ye le foys conter sur le burreau
A Dumont apothiquaire trante troys ecus trante sis sous
A Francoys Bonet cordonier cinq ecu trante sis sous andossés
A Grand Yhean le serrurier cinq ecus trante sis sous
A madame st Bonnet dis ecus andossé
A Lesperonnier andossé sur ses parties sis ecus
[14v] A Yehan Lagoge pour la veuve Hardi, y’ai degaggé un petit chandellier que Yhean Berraut avoyt angaggé pour pour [!] le servicce de mon fils comm[e] il appert par la promesse du dit Beraut que y’ai rettiree, ci dis ecus vintcinq sou
Plus à Pierre Baconel rottisseur troys ecus quinse [sous] pour parachever de paier un certificat de Roybon que y’ai rettiré
A Laporte andossé huit ecus andossé
A l’orfevre des lunettes vint quatre ecus andossé
A Yaqueline Verité sinq ecus trante sis sous andossés
[15r] A la famme Nicolas Moran rotisseuse andossé cinq ecus
Plus sis ecus au consierge de ceans pour touttes ses parties paiees yusque au dernier avril 1593
Douze ecus ballés à Bollogne sur de mes estrordinayres passés com[me] il appert par ses parties
A Bonifaccio quarante huit sou pour aller à Nemour
Plus un ecu trante sis sous pour papier et ancre

[15v] Somme toutte que monte les estrordinayres de mars cinq çant cinquante et un ecu sis sous
Et les aumonnes de se moys se montet à quarante quatre ecus trante sous
Somme tottale des dites deus parties des estrordinayres de mars 1593 cinq çant novante sinq ecus cinquante sou huit deniers
Arresté
Faut rabatre çant ecus pour les gagges de monsr Pot qui sont ecris au chappitre des gagges par aynsi ne reste que quatre çans novante cinq ecus cinq. te sous sis deniers

[16r] A monsr Pot pour gagges çant ecus

Avril

[16v] Aumonnes d’avril 1593
Le 4me quarante deux sous
Le dit your un ecu douze sou
Plus un ecu trantesis sous
Plus quatre [ecus]
Plus douze ecus [un mot crypté]
Quarante huit sou
Cinq ecus quarante un sou
Vint sou
Sis ecus vint sou
Un ecu
Un ecu trante deux sous
Quarante huit sous
Trante sous
[17r] Un ecu trante troys sous
Un ecu quinse sous
Trante sous
Un ecu
Un teston
Quarante huit sou
Set ecus le your du Yeudi Saynt
Le Gran Vandredi douze ecus et demi
Le Samedi St dis ecus dis huit sous
Aus prisonniers douze ecus
Troys ecus douse sous
Au predicateur 6 [écus]
Deus ecus trantesis [en réalité 16] sous
Somme des dites aumonnes 107 [écus] 1 [livre] 16 [sous]
Tout ansanble d’avril

[17v] Estrordinayres d’avril 1593
Un ecu dishuit sou pour les fylles de Montegal
Aus menusier pour les croysees des chanbres et garderobe de mes anfans quatre ecus
Au masson quatre ecus sur mon cabinet et officce
A Camillo quatorse ecus vint quatre sous sur ses gagges
A monsr de Neuchelles vint ecus par parties
Au masson 4 [écus]
Pour une paynture un ecu, plus vint quatre sou pour deus peaus de parchemin, somme un ecu trante neuf sou [!]
[18r] Y’ai rachetté la grand bague d’emeraude pour çant settante sis ecus de Guiot marchant de vin que lui avoyt angagge Girard pour douze piesses de vin le cinqme d’avril 1593
Plus à Mathurin l’hussier le [illisible] douze ecus sur ses gagges
A mes fammes de chanbre pour demie annee de leur gagges vint cinq ecus
A mes vallés de chanbre pour leur moys yusque au premier d’avril sese ecus
Set frans pour deux brevieres pettis couvers de maroquin bleu et dorré
[18v] François Banse cordonnier quatre ecus andossé sur un certificat de Roybon
A un des gardes de mon fils du Mayne que y’ai anvoyé à Verneul pour recouvrir le bestayt que les espagnol leur avoyt pris 4 [écus]
Pour racoustre[r] mon chapeau trante sou
Pour des parties par Birat quarante cinq sou
Pour des verres trante sou
Pour des livres de prieres 1 [écu] 19 [sous]
Pour un chappeau, car mes pages ont perdu le mien, troys ecus
Aus Augustins pour le service de feu Monsyer mon premier mari quatre ecus
[19r] Aus menusiers dis set ecus aus menusiers [!] pour tout se qu’il ont fayt seans
Au masson set ecus
Aus peintre dis ecus
Au vitrier douse ecus quatre sous
Au serrurier dys ecus
Pour la peinture de mon fils de Nemour douze ecus quarante huit sous
A l’orloger neuf ecu par parties
A Simon sur ses gagges quatres ecus de quoy il a fait recepisse
A Pierre le portefays sur ses gagges deus ecus de quoy il fayt recepisse
Troys ecus douze sous a Camilo pour son bastimant
A Camilo 19 ecus pour son bastimant
[19v] A monsr Montanus sur dis ecus qui sont deus aus Augustins pour les messes qu’il ont dit pour moy troys ecus vint sis sous
Aus serviteurs de st André trante sis sou
A Lesperonnier un ecu trante sis sous
Pour deus payres de chausses de chevro[t]in troys ecus dis sous
A un messager de Lion qui a apporté le siege de Paris deux dalles vallans un ecu trante sis sous

[20r] Somme toutte que monte l’estrordinayre d’avril 1593 quatre çans sese ecus huit sous
Et les aumonnes se montet à çant set [écus] trante sis sous
Somme des dittes deus parties du dit moys d’avril 1593 cinq çant vint et un ecu quarante quatre sous
Arresté

Gagges
A Camillo sur ses gagges 14 [écus] 1 [livre] 4 [sous]
A Simon quatre ecus sur ses gagges
A Pierre sur ses gagges 2 [écus]
Faut rabbatre les gagges ci dessus par aynsi il ne reste que cinqçans un ecu

Mai

[20v] May 1593 aumonnes
Pour mes ausmonnes vint huit sou
A la famme de Rouan quarante huit sou
A l’ofrande un ecu
Quarante huit sou le 16me
Le 22me à l’ofrande un ecu
Le dit your an aumonne deus ecus douze sous
Troys ecus le 26me
Deus ecus le your de l’Assansion
Deus ecus le 29me
Somme toutte des aumosnes de se moys treze ecus sese sous
[fol. 21r est vide]

[21v] May estrordinayres 1593
A Pierre Mousseau par quitanse sur se qui lui est deu sis ecus
Pour le basteme du consierge sis ecus
A Marie Pion pour mon tappi d’ouvrage vint sou pour du fleuret
Au masson sinq ecus et dis set sous
Aus menusier pour lanbrusser la chanbre de mon fils le [!] douze ecus vint troys sous
A la famme de Dumons apoticquaire sur un mandat deus dalles vallans 1 [écu] 1 [livre] 16 [sous]
Un ecu que y’ai ballé
[22r] Quarante huit sou pour achetter du fleurret
Quatre ecus pour troys payres de soullier pour moy et une payre de mulles
Un ecu pour achever de payer la robbe de la pettite Anne
Pour de la layne pour mes ouvrages deus ecus
Ballé au Minyme qui est venu de Montargis troys ecus
A mr Pietro l’ingenieur huit ecus de don

Somme toutte des estrordinayre de se moys de
[22v] May 1593 quarante et un ecu vint quatre sous
Et les aumonnes se monte treze ecus sese sous
Somme des dites deus parties ansanble sinquante quatre ecus quarante sous
Arresté
[fol. 23r est vide]

Juin

[23v] Aumonnes Juin 1593
Quatre ecus aus Augustins
Troys ecus le your de la Pentecouste
Un ecu à l’ofrande st André
Deus ecus le 7me
A mestre Pierre deus ecus
Un ecu
Troys ecu le 17me
Un ecu
Un ecu
Un ecu trante sis sous
Quarante huit sous
Deux ecus
Sis ecus
Vint quatre sous
[somme :] 28 [écus] 2 [livres] 5 [sous]
[fol. 24r est vide]

[24v] Mes estrordinayres du moys de yuin 1593
Au capitayne Larue estant mallade douze ecus le 3me
Deus ecus pour ma chanbre
Deus ecus pour ma chanbre
Troys ecus an soye et canevas
A mestre Claude un ecu pour des paillettes à seigner
Un ecu pour du fleuret
Deus ecu pour ma chanbre
A la rue dis ecus
A Mathurrin l’hussier dis ecus
Au deus chapiers et au clerc de st André de st André [!] et au garson du curé troys ecus douze sous
[25r] A Yhean de la somellerie mallade troys ecus douse sous
Au talleur pour estoffer mon manteau d’estamine quarante huit sous
Pour fayre le couvercle de fer de ma chapelle çant sous
Aus menusier sur se qui leur est deu troys ecus douze sous
Troys ecus douze sou pour du fleuret
A Yhean laquays quarante huit sous
Au paveur un ecu et demi
Pour une cassette à mestre mes pappiers deus ecus et demi
[25v] Pour un chappeau pour moy troys ecus

Somme toutte que monte les parties de se moys de yuin de l’estrordinayre soyssante sis ecus quattre sous
Et les aumosnes se monte vint huit ecus quarante cinq sou
Somme toutte des dites deus parties du mois de yuin 1593 assanblees novante quatre ecus quarante neuf sou
Arresté
[fol. 26r est vide]

Juillet

[26v] Aumonne de Jullet 1593
Au fils de Pettit Yhean à sa premierre messe deus ecus
Le premier dimanche deux ecus vint quatre sous
A la pauvre fruttyere vint quatre sous
Vint sous
A la fille de Catherine quarantehuit sous
A Yhean an aumonne 1 [écu] 1 [livre] 10 [sous]
Quarante huit sous
Un ecu au curé et un an aumonne
Vint quatre sous
Un ecu trante sis sous
Quarante huit sous
Quarante huit sous
Quarante huit sous
[27r] Quarante huit sous
Un ecu à un prisonier
Un ecus quinse sous le your ste Anne plus vint sous qui est un ecu trante cinq sous
Sis ecus à une pauvre fame
Aumonne quarante huit sou
Somme tutte des aumonnes de se moys de Jullet vint quatre ecus quarante et un sou
Arresté

[27v] Jullet estrordinayres 1593
A Dumousseau pour la rante que ye lui doys de çant ecus par an, de quoy il est repondant à madame Ponset, cinquante ecus
Pour tirrer le neveu de Resinant ors de prison troys ecus et demi
Pour ma chanbre cinq ecus dis sous à Michel
Plus pour mes bayns au comancemant du moys de may un ecu cinquante huit sous
A Michel pour quatre barreaus de fer pour le cabinet de feu Monsyeur un ecu huit sous
Aus menusier pour parachever tout se qu’il faut seans set ecus dis huit sous
[28r] Au serrurier pour parachevemat de sette mayson set ecus trante sous
Au vitrier pour parachever de vitrer tout seans set ecus vint un sou
Au peintre pour les tableaus de seans quatre ecus
Au pettit peintre pour avoyr peint les chifres aus tapizzeries et peins les armoyres sur du fer pour les torches de la pourcessions cinq ecus vint sous
Plus sis ecus e[t] demi pour la robbe de martre que y’achette et que Senami tien an gagge pour sis vins ecus
[28v] Plus y’ai ballé à Bollogne vint troys ecus trante sous que ye lui devoys de l’annee 1593 pour mes estrordinayres de la dite annee
Pour des soyes pour achever ma tappizzerie deux [écus] quarante huit sous
Au prestre de st André huit ecus an deux double double
A l’orfevre des lunettes deux dou[b]les doubles quatre ecus andossé
A mestre Claude pour ayder à l’antrettenir dis ecus
A Puthomme cordonnier sur se qui lui est deu andossé quatre ecus
A Dumont l’apothiquaire sis ecus andossés sur ses parties
[29r] Pour achetter des soyes pour achever la tapizzerie à arcades [u]n ecus
Pour des soyes un ecu douze sous ancorre
A Didiere qui a servi mes filles d’autres foys deus ecus
A la famme qui besogne pour moy deus ecus pour me faire troys cheres d’ouvrage
Au pettit peintre qui peynt mes cheres quarante huit sous
Au cordonier Fransoys Banc quatre ecus andossés sur se qui lui est deu
[29v] Pour le service de feu monsyeur le 18me yuin aus Augustins cinq ecus
Sur les parties de feu Pourdunin andossés quatre ecus
Huit ecus pour mes ouvrages
Au mazzon d’ouvrage qu’il a fayt pour la mayson et de quoy le mestre d’hostel a arresté ses parties un ecu et demy
Y’ai ballé pour une [illisible] vint cinq sou
A Messier quatre ecus et ay rettiré ses partyes
[30r] A Camille deus ecus pour besogner à ma tapizzerie de reseu

Somme toutte que se monte les parties estrordinayres de ce moys de Jullet çant novante troys ecus quarante deus sous
Et les aumonnes se monte a vint quatre ecus quarante et un sou, somme toutte des parties de se moys de Jullet aumonnes et estrordinnayre deus çans dis huit ecus vint troys sous
Arresté

Août
[30v] Aumonnes d’aoust 1593
Vint quatre sous
Quinse sous
La mi-aoust un ecu au curé
Un ecu à l’hostel Dieu
Deus ecus quarante huit sou
Un ecu
Deus ecus
Quarante sous
Un ecu
Un ecu
Deus ecus aus Augustins
Un ecu quinse sou
Un ecu et demi au cordelier de Nantes
[fol. 31r est vide]

[31v] Estrordinayres Aoust 1593
Au cofretier trois ecus vint sous pour un cofre qu’il a fayt
Au pettit Yaques, à Madelayne et à la pettitte Anne quarante sous pour leur metresse d’escolle à lire et ecryrre
A frerre Daniel pour deus grand breviayes que y’ai achettés 15 ecus
Pour du crespe pour mes coyffures deus ecus et demi
Pour du ruban de filet vint quatre sous
A Camille pour achever ma tapizzerie de reseur [!] deus ecus
[32r] A Dumousseau que Bollogne lui a payé 2 [écus]
Ye doys à Bollogne pour mes estrordinayres de la presante annee yusque au dernier Jullet vint ecus cinquante sous sis deniers que y’ai payé
Y’ai ballé au cofr[e]ttier troys ecus pour rabiller mes cofres et malles
Y’ai ballé pour des espingles cinq ecu
A mestre Claude pour racoustrer et achetter se qui lui faut de son estat quatre ecus
Au pettit peintre pour le reste de mes cheres qu’il a peintes quatre livres
[32v] Pour dys peaus de chevrautin deus ecus
Au pauvre homme de st Mor deus ecus
Deus ecus à Navarre
A un prestre de st Evrou un ecu
A Dumont l’apotiquayre troys ecus andossés
A mon pettit fils Emanuel un ecu pour youer à la pomme

Somme toutte de l’estrordinayre de se moys d’aoust soyssante deus ecus quarante quatre sous et sis [deniers]
Et les aumosnes se monte quinse ecus trante set sous
Somme des dites deus parties settante set [écus] cinquante huit sous et sis [deniers]
Aoust Arresté

Septembre

[33r] Gagges payés au moys de Settanbre 1593
Au sr de Selincourt deus çant trante sis ecus
A Soulfour çant trante troys ecus et un tiers
A madona Hipolita et Antonia ottantetroys ecus à chacune
A Yhean Anthoyne çant ecus
A Camillo quarante ecus
A Elie vint cinq ecus
A frerre Daniel trante et un ecu
Somme des dis gagges set çans novante huit ecus
A[rrêté]

[33v] Aumonnes settanbre 1593
Troys ecus douse sous
Un ecu à Lecot
Quatre ecus
Un ecu
Un ecu au curé
Deus ecus
Deus ecus
Deus ecus et demi
Trante sous à une pauvre damoyselle qui se dit parante de madame de Choqueuse
Quinse sou
Deux ecus à l’Ave Maria
Un ecu
[34r] Trante sous
Plus cinq ecus quarantehuit sous assavoyr à l’Ave Maria aus filles Dieu, au Repanties, aus filles de st Marceau à chacune quarante huit et le demeurant an aumonne
Quarante cinq sous
Quarante huit sous
Deux ecus sese sous
Un ecu trantesis sous

[34v] Estrordinayre Settanbre 1593
Achetté une robbe de martre çant vint ecus de quoy y’ai eu bon marché
A un pauvre tanbour un ecu
Pour ma tapizzerie de reseu à Camille deus ecus
A la metresse d’Anne, de Maddeleine et de Yaques pour leur moys demi ecu
A mes vallés de chanbre pour se qui leur est deu yusque à la fin d’aoust 1593, 20 [écus]
A mes fammes de chanbre pour les huit moys de l’annee, à chacune un ecu par moys iusque à la fin d’aoust, vint quatre ecus
[35r] Pour des parties de Michel neuf ecus quarante et un sou dis deniers
Quarante huit sous pour du ruban pour ma tapizzerie
A Clemant vint ecus
A monsr Marescot soyssante ecus
A mestre Claude troys ecus pour le pauvre relligieus mallade
Au talleur pour fassons set ecus
A Pierre 4 [écus]
Pour du fleuret quatre ecus
Pour fayre massonner deux portes et nettoyer le logis de la royne 2 [écus] 1 [livre]
[35v] Plus pour deus bassins d’estayn trante sous
Plus pour fayre racoustrer la cuve des bayns de Madame vint cinq sous
Plus un ecu et demi pour aller querrir l’eau pour mes bayns
Un ecu à Yhean laquays
Pour troys pettis dras que y’ai achetté pour passer mes bayns 3 [écus]
Pour deus muis ancorre pour mes bayns et pour une livre de bougie que y’ai fayt achette[r] cinquante quatre sous
[36r] Quatre ecus d’aumosne au casar de feu monsr le Cardinal d’Est à Challi [?]
Plus quatre ecus à Yaqueline pour l’habiller
[une phrase cryptée] douse ecus
A Yaqueline Verité troys ecus vint quatre sou pour parachevemant du certificat qu’ell[e] avoyt de Roybon que y’ai achevé de payer an plusieurs foys qui se monte à trante ecus vint set sous lequel y’ai rettiré
A Camille pour le parachevemant de ma tapizzerie de rayseul [!] qu’elle m’a randue troys ecus vint sous
[36v] A la norrice de Massimillian 15 ecus
Pour mes bayns ancorre troys ecus et demi
A Darnassal pour la fayre panser quarante sou
Pour du taffetas pour me fayre des yarrettieres deus ecus quarante cinq sous
Quarante sou pour avoyr reffait mon boys de lit
Plus à la fille de Gilles quatre ecus pour presant à ses nozzes
Un ecu au mazzon qui a recouvert la pettite gallerie de ma chanbre au logis de la royne

[37r] Somme toutte des parties de se estrordinayre de se moys d’octobre [!] 1593 troys çans trante et un ecu dis deniers
Et les aumonnes se monte trante deus ecus dis huit sous
Somme toutte que se montet les dites deus parties [de] settanbre ansanble troys çant soyssante troys ecus dis sous dis deniers
Arresté

Octobre

[37v] Aumosnes d’Octobre 1593
Un ecu trante sis sous
[La même somme est écrite 31 fois, une fois pour chaque jour du mois.]
[38r] Somme quarante neuf ecu trante sis sous
Arresté

[38v] Estrordinayres d’octobre 1593
Pour huit aulnes de thoylle à trante cinq sous la une pour me fayre des colles et des coiffes quatre ecus quarante sous
A Morillon quatre ecus pour achetter quatre onze de confection da Lesthermes [?]
Pour recouvrir mon carlet vint sous
A Marie qui fayt mes cheres quatre ecus à conter avec elle
A monsr Montanus pour parfayt payemant des messes que ye leur doys sis ecus quarante sous
[39r] Pour du camelot pour m’abiller quatorse ecus
Pour le cofre de mes pappier et pour sellui de Laperillon [?] neuf ecus
Plus pour une malle douze ecus
A un laquays de madame Perrine 1 [livre] 10 [sous]
A Pierre Mousseaus an rabattant sur les arrerages que ye leur doys dis ecus
Quators aune de thoylle d’olande pour me fayre des mouchoyrs à cinquante sinc sous l’aune se monte douze ecus cinquante sous
[39v] Plus deus aulnes et demie de thoylle d’hollande fine pour me fayre des rabas à quatre livre l’aune
Plus deus aulnes de thoylle de chanvre à quinse sous l’aune
Plus douze onze de fillet delié à douze sou l’onze, vint quatre sous et sis de gros sinquante
Plus sis sous an gland pour mestre à mes mouchouers quarante huit sous
Plus sis livres d’amydon à cinq sous la livre trante sous
Pour deus cofres d’ebene huit ecus vint sous
A la fille de Catherine quarante huit sou
[40r] Pour mon cofre de nuyt cinq ecus cinq sous
Pour la malle pour la tapizerie deus ecus
Pour troys peignes trantecinq sous
Pour deus brevieres troys ecus
Pour relier mon terrier de Verneul quarante sous
Plus pour sis siegges 2 [écus] 2 [livres]
Plus pour deus payre de gans par Leschans troys ecus
Plus vint cinq sous pour deus egugles d’argant
A Menage pour du cotton et du fillet pour mes bonnes quarante huit sous
[40v] Pour la metresse d’escolle de Madelayne, Anne et le pettit Yaques trante sous
Pour du ruban pour mes coiffes dis neuf sous
Pour un poyllon pour ma chanbre quinse sous
A Dumont l’apottiquayre andossé quatre ecus
A Mesnage deux ecus pour m’avoyr piqué sis bonnes

Somme que se monte se moys an estrordinayre çant dis huit ecus vint troys sous et deus deniés
Et les aumonnes quarante neuf sous [!] trante sis sous
Qui est tout ansanble çant soyssante set ecus cinquante neuf sous Arresté

[41r] Gagges payés au dit moys d’octobre 1593
Au mestre d’ostel Yhean Anthoyne pour pour [!] parachevemant de l’annee 1582 [!] 66 [écus] 2 [livres]
A Yourdan vint ecus
A Françoys le talleur 20 [écus]
A Simon fourrier 20 [écus]
A Felipe panetier 20 [écus]
A Yhean Gringoyre soumellier 20 [écus]
A Bouvet huissier de salle 20 [écus]
A Bollogne 20 [écus]
A Brigade 20 [écus]
Au Prince 20 [écus]
A Diddier 20 [écus]
A Morillon sur des parties 19 [écus]
A Yourdan sur se qui lui est deu de ses gagges douze ecus
Au sr de Selincourt 100 [écus]

Novembre

[41v] Aumonnes de novanbre 1593
[Comme en octobre, la même somme est écrite 30 fois, une fois pour chaque jour du mois.]
[42r] Un ecu monsr le curé

[42v] Estrordinayres de novanbre 1593
Aus sonneurs de st André trante sous
Alla pettite Madelayne un teston
Aus religieus des Cellestins pour le vase d’agatte que y’ai rettiré qui estoyt angaggé pour un muid de bled durant le siege quarante huit ecus
A Yhean Cornet presant pour son mariage une double double de quatre ecus
A Gagnant un ecu pour ayes [?] au nothayre qui font mes depeches pour mes rantes sur le clergé
A la famme de Dumont l’apotiquayre vint ecu andossé
[43r] Pour parties pour ma chanbre troys ecus douze sous
Set aulne de fusteyne pour couvrir mes bravieres 4 [écus] 2 [livres]
Pour abiller Darnassal et la pettite Anne huit ecus quarante sinq sous
Aus famme de chanbres payees yusque au dernier de l’annee de se que ye leur donne, un ecu par moys, 12 [écus]
Pour une coyfe pour Madelayne cinquante sous
Pour une grand messe aus Augustins qui m’ont ditte un ecu
A leur prierres un ecu
A mr Montanus pour des services sis ecus
[43v] A Duru dis ecus que Girard acheta de lui et ne lui paya poynt
Un calice pour ma chapelle vint ecus
Pour racoustrer la croys de la chapelle et refayre l’estuis 2 [écus] 1 [livre] 10 [sous]
Pour fayre l’estui de la bassinoyre quarante sous
Pour mes contras du clergé troys ecus
A Mesnage an don deus ecus
Quatre ecus quarante cinq sous pour du ruban
Au serrurier par parties 3 [écus]
[44r] A Thourel chandellier par parselle sinné [signé] Roybon pour chan[d]elle fournie pour mon fils quatre ecus quatre sou pour l’achever de payer et retenue sa parcelle
Un ecu pour achetter de la thoylle pour faire un rideau pour ma chanbre
Pour une payre d’heurres un ecu
A Pierre Mousseau sur se qui lui est deu dis ecus

Somme toutte des estrordinayres de se moys çant soissante set ecus un sou sis deniers Novanbre
Et les aumonnes se monte quarante set ecus vint quatre sous ans [ainsi]
[44v] se monte les dittes deux parties deux çant deux çant [!] trante cinq sous et sis Arresté

[45r] Plus que y’ai paié à madame Hautman unze çant [écus]
A Lodet cinq çans ecus sur ses vie[i]lles parties, cincçans ecus an reste ancorre
Pour reste de la rante de douze çans ecus de quoy mons. Damour est repondant pour moy à Vitri quant il me randit Dourdan deus çans ecus et l’ay paié de la dite rante yusque à la fin de deccambre 1593
A Pierre portefays pour ses gagges d’un an sese ecus quarante sous
A Pierre porte barreaus pour un an de ses gagges treze ecus vint sous

Décembre

[45v] 1593 aumosnes Decanbre
[Comme en octobre et novembre, la même somme est écrite 31 fois, une fois pour chaque jour du mois.]
[46r] Somme toutte de l’aumone de se moys de novanbre [!] quarante neuf ecu trante sis sous
Plus deus ecus pour le payn benist à l’ofrande
Plus sis ecus à Noel
A l’Ave Maria deus ecus
Somme toutte des aumonnes de se moys sinquante neuf ecus trante sis sous

[46v] 1593 Estrordinayre Deccanbre
Pour un sauttier et un yournal un ecu
Pour les estoffes des robbes de Darnassal et de la pettite Anne deus ecus
Plus deus ecus quarante sous
Pour le couvreur et plonbier qui a reccouvert la mayson au grand cors de logis sis ecus
A Puthomme cordonnier sis ecus sur et tant moyns de se que Roybon lui doyt andossé
A la dame de la Basoche huit ecus andossé sur son mandemant
[47r] A Nautyer eperonnier neuf ecu et un quart andossé
A Banse cordonnier andossé sis ecus
Pour peaus de chevrotin trante sous
Plus deus ecus pour ma chanbre
Pour mes armoyrreries pour le payn benist cinquante sous
Plus à frerre Daniel pour une payre d’heurres pour moy un ecu et quarante huit sous
Plus pour me fayre de la lessive un ecu
Plus pour fourre[r] les manchons de Madelayne, Darnassal et la pettite Anne quarante sis sous
[47v] Quatre ecus et demi à Ysanbert mon procureur pour un arrest pour Arsillieres
Sis ecus à Rinaldo qui m’est venu trouver an sette ville
Plus deus ecus un sou pour les coyffes [de] Darnassal et Anne
A Michel, à Mathurin et à Jourdan sese ecus pour se que ye leur balle par moys et à Pierre le portefays deus ecus qui est an tout dis huit ecus, il sont payé yusque au dernier your de se moys de dessanbre 1593
A des Cordeliers deus ecus
A la famme de Dumont l’apotiquayre quatre ecus andossé sur ses parties
[48r] Aus Augustins pour le service à se Noel quatre ecus
Pour de la thoylle un ecu sis sous et huit deniers
Pour du sirop pour des mallades deus ecus
Pour une glasse pour mon grand mirouer un ecu quarante sous
Pour des soullier un ecu
A madame Guedon troys ecus andossés sur ses parties
A Yhean Breton, à qui ye doys çant ecus, quarante ecus pour amenage de boys, du demeurant il est assiné sur les recceveur de Verneul

Somme toutte de l’estrordinayre
[48v] de se moys de deccanbre 1593 çant trante sis ecus vint sis sous et huit deniers
Et les aumosnes de se moys se monte cinquante neuf ecus trante sis sous
Somme toutte des dites parties ansanble çant novante sis ecus deus sous et huit
Arresté

[49r] Abregé de l’estrordinayre des douse moys de l’annee 1593 avec les bastimans
Janvier 173-0-16-0
Fevrier 180-0-9-0
Mars 495-2-10-6
Avril 501-1-0-0
May 54-2-0-0
Juin 94-2-9-0
Jullet 218-1-3-0
Aoust 77-2-18-0
Settanbre 363-0-10-10
Octobre 167-2-10-10
Novanbre 200-1-15-0
Decanbre 206-0-0-0
Somme toutte deus mil set çans vint quatre ecus un sou quatre deniers