Accueil / Actualités et liens utiles / Événements / Appels à communication / 10 jan. 2020, Toulouse : Les stations (...)

10 jan. 2020, Toulouse : Les stations thermales secondaires en France aux XIXe et XXe siècles : une autre histoire du thermalisme ?

Les travaux fondateurs de la recherche scientifique sur le phénomène thermal, pourtant marquant dans l’histoire de la société contemporaine, n’ont vraiment été réalisés qu’à partir des années 1980. Dans une moindre mesure que pour les stations balnéaires, ils se sont progressivement développés dans les années 1990 et 2000, donnant lieu à des publications majeures. Pour l’ensemble de cette production, force est de constater que le phénomène est majoritairement abordé à partir de l’étude des stations de montagne les plus anciennes et souvent aussi les plus fréquentées, dans les Pyrénées comme dans les autres massifs français. Ces monographies donnent une approche du thermalisme dont on peut se demander légitimement si elle correspond aux stations de moindre importance, qui demeurent peu étudiées.

Cette journée d’étude a pour ambition de réhabiliter ces stations plus modestes et de mettre au jour leur histoire économique, sociale et architecturale. Par ce biais, elle vise à affiner les connaissances du phénomène thermal et de son développement, et à éclairer la variété des modèles et des formes de thermalisme. À quel moment sont-elles créées ? Pourquoi n’ont-elles pas connu le succès ? Qui sont les propriétaires des établissements ? Comment financent-ils la création des infrastructures thermales ? Quel rôle ont joué les pouvoirs publics dans leur développement ? On peut également se demander si ces stations, par leur grand nombre, ne remettent pas en cause la chronologie généralement admise qui voit succéder au thermalisme mondain du xixe siècle, le thermalisme social du xxe siècle. Quels publics ont-elles permis d’accueillir ? Quelles stratégies ont été mises en œuvre pour attirer, préserver, exclure certaines clientèles ? En excluant les plus pauvres, ces stations modestes ne se sont-elles pas coupées d’un public local, certes populaire mais captif, et finalement plus profitable qu’on ne pourrait le penser ? Ces stations, enfin, ne sont-elles pas le lieu d’un premier tourisme et thermalisme « sociaux », bien avant le xxe siècle ?

Cette journée doit aussi permettre de déterminer s’il existe un modèle architectural propre à cette catégorie de stations thermales, d’identifier quels étaient leurs équipements, et enfin, de mesurer l’impact qu’elles ont pu avoir sur l’épanouissement de leur territoire, notamment dans les domaines urbain et touristique.

Direction scientifique

Géraldine Baglin(UT2J, FRAMESPA/UMR5136 CNRS)
Nicolas Meynen(UT2J, FRAMESPA/UMR5136 CNRS)

Date et lieu
Jeudi 30 avril 2020

Université Toulouse - Jean Jaurès, Maison de la Recherche

Modalités de soumission

Les propositions de communications (résumé de 1 500 signes précisant le titre de la communication, les points forts de l’argumentaire et les sources qu’elle mobilise), accompagnées d’un court curriculum vitae (notice de 500 signes précisant le nom sous lequel l’intervenant souhaite être cité, un contact téléphonique, un courriel, son affiliation institutionnelle et son laboratoire de rattachement le cas échéant), sont à adresser au plus tard le 10 janvier 2020
conjointement aux deux adresses suivantes : nicolas.meynen chez univ-tlse2.fr et geraldine.baglin chez gmail.com

Bibliographie sélective

BOISSEUIL (D) et COSTE (J), Le thermalisme : approches historiques et archéologiques d’un phénomène culturel et médical, Paris, CNRS, 2015.

BOYER (M.), Le thermalisme dans le grand Sud-Est de la France, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2005.

BUCAILLE (R.), VIRIEUX (J.), et al., Thermalisme et architecture thermale en Puy-de-Dôme, XIXe-XXIe siècles, Clermont-Ferrand, Un, deux, quatre éditions, 2013.

CARRIBON (C.), Du thermalisme mondain au thermalisme social ? Les villes d’eaux françaises dans l’Entre-deux-guerres (1919-1939), thèse de Doctorat en Histoire sous la direction de Pierre Guillaume, Université Bordeaux Montaigne, 2001.

GRENIER (L.) dir., Le voyage aux Pyrénées ou la route thermale, Saint-Girons, Randonnées pyrénéennes, 1987.

GRENIER (L.) dir., Villes d’eaux en France, Paris, Institut français d’Architecture, 1985.

JAMOT (C.), Thermalisme et villes thermales en France, Clermont-Ferrand, Institut d’Études du massif Central, 1988.

JARRASSÉ (D.) dir., Villes d’eaux des Pyrénées occidentales : patrimoine et devenir, actes du colloque tenu à Salies-du-Béarn (Pyrénées-Atlantiques), Clermont-Ferrand, Institut d’Études du massif Central, 1996.

JARRASSÉ (D.) dir., 2 000 ans de thermalisme : économie, patrimoine, rites et pratiques, actes du colloque tenu en mars 1994 à Royat (Puy-de-Dôme), Clermont-Ferrand, Institut d’Études sur le massif Central, 1996.

JARRASSÉ (D.), Les thermes romantiques. Bains et villégiatures en France de 1800 à 1850, Clermont-Ferrand, Institut d’Études sur le massif Central, 1992.

JARRASSÉ (D.), L’architecture thermale en France entre 1800 et 1850, thèse de Doctorat en Histoire de l’art sous la direction de Bernard Dorival puis de Bruno Foucart, U Paris IV Sorbonne, 1987.

MOLDOVEANU (M.), Cités thermales en Europe, Arles, Actes Sud, 2000.

PENEZ (J.), Histoire du thermalisme en France au XIXe siècle. Eau, médecine et loisirs, Paris, Economica, 2004.

TOULIER (B.), Villes d’eaux : architecture publique des stations thermales et balnéaires, Paris, Imprimerie nationale, 2002.

WALLON (A.), La vie quotidienne dans les villes d’eaux (1850-1914), Paris, Hachette, 1981.