Hauptseite / Kunst und Kultur / Architektur, Gärten und Urbanismus / Moderne Studien / Le palais de Pierre de la Broce à Châtillon-sur-Indr

Le palais de Pierre de la Broce à Châtillon-sur-Indre

Jean-Pascal Foucher

Foucher, Jean-Pascal, "Le palais de Pierre de la Broce à Châtillon-sur-Indre", Bulletin Monumental, tome 168, n° 1, année 2010. Châtillon-sur-Indre. Un château, un palais, sous la direction de Fabienne Audebrand, p. 39-74.

Extrait de l’article

L ’enceinte castrale de Châtillon (voir l’article de Chr. Corvisier sur le donjon, fig. 4, p. 21) présente une forme grossièrement triangulaire, dont le donjon et les deux extrémités d’un grand bâtiment résidentiel constituent les pointes (fig. 1). Une courtine flanquée de tours reliait la résidence au donjon au nord et au sud. Une grande terrasse s’étend en avant de la façade est du bâtiment résidentiel. Les tours flanquant les courtines ou les bâtiments vers l’extérieur ont été désignées par Jean-Pierre Ravaux par des lettres de A à K. Cette identification est reprise dans les pages qui suivent (voir l’article de P. Langeuin sur les tours de flanquements, fig. 2, p. 34).

Les bâtiments distribués à l’intérieur de la cour du château peuvent être distingués en cinq parties différentes. Le logis proprement dit se compose des bâtiments jointifs L, aile basse, et M, corps principal, implantés sur le même axe, se distinguant seulement par le nombre de niveaux. Le bâtiment N, jointif et parallèle mais désaxé vers l’ouest, est désigné sous l’appellation de chapelle. Contre la courtine sud se trouvait un ensemble de bâtiments O qui abritait au XVIIIe siècle des fonctions domestiques. Ces bâtiments ont été détruits en même temps que la courtine à la fin du XIXe siècle. Contre la courtine nord est appuyé le bâtiment dit «des prisons » , désigné par la lettre P. Deux bâtiments figurent également au revers de la tour carrée D ; les sources écrites et leurs élévations indiquent qu’il s’agit de constructions de l’époque contemporaine, comme les bâtiments délimitant la cour actuelle du château à l’ouest. Ils ne seront pas évoqués ci-après.

Lire la suite (persee.fr)