Accueil / Art et culture / Littérature et philosophie / Etudes modernes / Discrete dissimulacion et prudent cautele : (...)

Discrete dissimulacion et prudent cautele : les stratégies comportementales de la princesse dans le Livre des Trois Vertus de Christine de Pizan

Alexandra Velissariou

Velissariou, Alexandra, « Discrete dissimulacion et prudent cautele : les stratégies comportementales de la princesse dans le Livre des Trois Vertus de Christine de Pizan », Le Moyen Age, 3/2010 (Tome CXVI), p. 577-590.

Extrait de l’article

Prens ta plume et escrips […]. A tout le colliege femenin et a leur devote religion soit notifié le sermon et la lecçon de Sapience.
C’est ainsi que, dans le premier chapitre du Livre des Trois Vertus, les trois Dames de Vertus, c’est-à-dire Raison, Droiture et Justice, exhortent Christine de Pizan à reprendre son travail d’écriture alors qu’elle vient à peine de terminer la rédaction de la Cité des Dames. Composés vers 1405, les deux ouvrages se complètent à merveille : tandis que la Cité des Dames offre un large éventail d’exemples de femmes célèbres et vertueuses, le Livre des Trois Vertus se présente comme un exposé théorique sur le comportement féminin, adressé aux femmes issues de toutes les catégories sociales, de la princesse à la femme de fole vie. Le lien entre les deux livres est particulièrement visible dans l’autre titre parfois donné au Livre des Trois Vertus, le Trésor de la Cité des Dames. Il est évident que les deux livres font suite à la pensée anti-misogyne exprimée par Christine à partir de 1401, lorsqu’elle entama sa participation au Débat sur le Roman de la Rose.

Lire la suite (Cairn.info)