Accueil / Art et culture / Littérature et philosophie / Etudes modernes / Éloge de la frivolité. Tolérance et idéal (...)

Éloge de la frivolité. Tolérance et idéal mondain au XVIIe siècle

Patrick Dandrey

Dandrey, Patrick, "Éloge de la frivolité. Tolérance et idéal mondain au XVIIe siècle", Etudes littéraires, vol. 32, n° 1-2, p. 111-123

Extrait de l’article

L’archéologie d’une idée suppose que l’on fouille plus d’un tombeau : l’émergence d’une valeur nouvelle emprunte des voies diverses, parfois tardivement convergentes. Il y a fort à parier que celle de tolérance n’émergea pas tout armée des têtes philosophes au XVIIIe siècle. Reste à traquer ses origines variées et secrètes dans le siècle précédent, celui qui débuta par l’achèvement des guerres de religion et s’acheva par la révocation de l’Édit de Nantes : contexte historique peu propice à féconder une représentation apaisée des débats d’idées et une pratique libérale de la reconnaissance accordée à celles d’autrui. Représentation et pratique, dis-je, en distinguant l’une de l’autre, car la tolérance s’entend sur le double mode d’une conception intellectuelle et d’une attitude morale — autrement dit pratique. Or, ni dans l’un ni dans l’autre domaine, le XVIIe siècle ne se recommande, de prime abord, par une générosité prometteuse.

Lire la suite (érudit)