Accueil / Historiographie et méthodologie / Historiographie / Etudes modernes / Les institutions françaises du XVIe au XVIIIe (...)

Les institutions françaises du XVIe au XVIIIe siècle, perspectives de recherche

Michel Antoine

Antoine, Michel, "Les institutions françaises du XVIe au XVIIIe siècle, perspectives de recherche", dans Journal des savants, 1976, n° 1, pp. 65-78.

Extrait du texte

Après avoir été longtemps une des disciplines qui firent le plus d’honneur à l’école historique française, l’histoire des institutions sembla moins en vogue dans les dernières décennies. D’autres secteurs de la recherche lui avaient ravi la faveur dont elle avait joui, singulièrement pour l’étude des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles. Des historiens de classe continuaient, certes, à explorer son vaste domaine, mais la mode paraissait les ignorer et le découragement aurait pu les guetter si cette situation s’était prolongée. A présent, ce risque s’éloigne, car l’histoire des institutions, après avoir connu une certaine pause, donne maintenant l’impression d’entrer dans une période de renaissance. Il est vrai qu’elle a changé sinon d’identité, du moins de nom : il est de bon ton, aujourd’hui, de parler d’histoire administrative plutôt que d’histoire institutionnelle. Ne fût-il qu’un caprice de la mode, qu’importe le changement d’appellation, s’il est signe d’une jeunesse nouvelle !

Il semble donc opportun de faire le point sur le développement possible de l’histoire administrative de la France. En limitant notre propos à la période allant de François Ier à la Révolution, nous allons tenter de relever dans la conjoncture scientifique de notre temps quels éléments peuvent entraver ce développement et quels autres, au contraire, le peuvent favoriser...

Lire l’article (Persée)