Accueil / Art et culture / Peinture et arts graphiques / Etudes modernes / Robert Nanteuil : portraitiste rémois au (...)

Robert Nanteuil : portraitiste rémois au siècle de Louis XIV 

Audrey Adamczak

Adamczak, Audrey, « Robert Nanteuil : portraitiste rémois au siècle de Louis XIV », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles, 2015

Résumé de l’article

Originaire de Reims, où il naît vers 1623, Robert Nanteuil a été l’un des portraitistes les plus sollicités du Grand Siècle, s’illustrant avec éclat dans les arts de la gravure, du dessin et du pastel. Issu d’une famille éloignée des milieux artistiques locaux, Nanteuil fréquente d’abord les collèges rémois, celui des Jésuites puis celui des Bénédictins de l’abbaye de Saint-Remi, où il effectue ses Humanités.
Entré tard dans la profession, Nanteuil est initié à la pratique du burin par son compatriote le graveur Nicolas Regnesson. Formé à Reims, il bénéficie alors probablement des conseils du vieux maître local Edme Moreau avant de remarquablement s’intégrer à la société parisienne de son temps. Établi à Paris vers la fin de l’année 1646, Robert Nanteuil se trouve rapidement lié aux graveurs, aux éditeurs et aux marchands d’estampes de la rue Saint-Jacques, travaillant surtout pour la librairie. La faveur du portraitiste champenois n’est pas moindre à la cour, où il acquiert une belle réputation d’abord auprès du cardinal Mazarin et du chancelier Séguier, puis auprès de Louis XIV qui ne lui ménage ni son attention ni son contentement et lui délivre titres et privilèges. Nommé dessinateur et graveur ordinaire du roi en 1658, Nanteuil fut un artiste recherché, en crédit constant auprès des puissants, notamment auprès de la famille Colbert, avec laquelle il partage des origines rémoises. Ainsi sa production compte-t-elle les délicats portraits des principaux personnages des jeunes années du règne de Louis XIV, parmi lesquelles plusieurs figures remarquables de la Champagne du Grand Siècle.

Lire la suite (Revues.org)