Accueil / Individus, familles, groupes / Écrivains et philosophes / Etudes modernes / La Fontaine, ou comment ne pas être reçu à (...)

La Fontaine, ou comment ne pas être reçu à Versailles

Céline Bohnert

Bohnert, Céline, « La Fontaine, ou comment ne pas être reçu à Versailles », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles, 2015

Résumé de l’article

Cet article traque les Champenois qui ont croisé la route de Jean de La Fontaine afin d’interroger l’existence d’une logique régionale dans la carrière du poète. La Fontaine a d’abord agi en bourgeois de province : lié au parlement par sa famille, il a joué son rôle d’intermédiaire entre les affaires de Paris et de Château-Thierry. Introduit auprès du surintendant Nicolas Fouquet puis dans la famille des ducs de Bouillons, seigneurs de Château-Thierry, La Fontaine a su faire jouer les réseaux de clientèle aristocratiques et s’attirer les bonnes grâces des familles du sang, se rapprochant ainsi des centres du pouvoir. Une fois soldée sa charge de maître des eaux et forêts (1671), une fois perdue celle qu’il exerce chez la duchesse douairière d’Orléans (1674), La Fontaine, recueilli dans des maisons parisiennes, subsiste essentiellement par le soutien des grands – sans être attachée à aucune maison, et sans jamais parvenir jusqu’au roi. Après les années 1670, le poids de la Champagne dans son parcours semble donc négligeable, malgré les amitiés que le poète entretien à Reims avec François Maucroix et à Troyes avec une coterie de gens d’esprit : le lien champenois, jamais rompu, tient alors des affinités électives et de la persona sociale et poétique.

Lire la suite (Revues.org)