Accueil / Individus, familles, groupes / Groupes sociaux / Etudes modernes / L’exercice politique de la bourgeoisie : les (...)

L’exercice politique de la bourgeoisie : les assemblées de la Ville de Paris de 1528 à 1679

Michel Demonet, Robert Descimon

Michel Demonet et Robert Descimon, « L’exercice politique de la bourgeoisie : les assemblées de la Ville de Paris de 1528 à 1679 », Les Cahiers de Framespa, 23, 2017

Extrait de l’article

Le travail ici résumé (enquête au long cours menée par un historien et un historien mathématicien) est simplement d’ordre expérimental.

La prévôté des marchands de Paris constituait un pouvoir hybride : royale dans son institution médiévale, elle était censée représenter la communauté privilégiée des habitants de la ville. Le peuple parisien qui avait droit de cité était l’ensemble des « bourgeois de Paris », une qualité « latente », qui s’obtenait de façon informelle selon une règle coutumière (il suffisait de résider de façon stable depuis un an et un jour, de participer aux principales fêtes religieuses et de payer sa part des charges communes).

La représentation municipale à Paris ne se fondait pas sur l’organisation corporative des métiers de marchands et d’artisans ; elle reposait sur une conception territoriale : « l’eslection des offices de la Ville », disait le Bureau de la Ville en 1615, « est effuze en tous les quartiers d’icelle dont les plus notables sont tirez par sort pour y procedder en l’hostel de la ville ». C’est la composition sociale de la députation des quartiers aux assemblées de la ville de Paris qui forme la matière de la présente étude dans les limites chronologiques d’un siècle et demi (1528, premier compte rendu exploitable d’une assemblée, et 1679, année où le cadre territorial des quartiers municipaux fut profondément bouleversé).

Lire la suite (journals.openedition.org)