Accueil / Histoire et fonction / Religion, spiritualité et ésotérisme / Etudes modernes / Des voix de la nation à celles de l’Eglise : le (...)

Des voix de la nation à celles de l’Eglise : le premier dialogue du Reveille-matin des François

Jean-Raymond Fanlo

Jean-Raymond Fanlo, "Des voix de la nation à celles de l’Eglise : le premier dialogue du Reveille-matin des François", dans Bulletin de l’Association d’études sur l’humanisme, la réforme et la renaissance, année 1998, volume 46, numéro 46, pp. 47-62.

Extrait de l’article

Le Reveille-matin des françois et de leurs voisins est un des plus célèbres pamphlets protestants parus après la Saint-Barthélémy. Le premier « dialogisme », qui a eu une influence capitale sur l’historiographie du massacre à travers des auteurs comme Agrippa d’Aubigné, pose un double problème, politique et poétique.

Politiquement, le choix de personnages incarnant la France et soucieux de « l’estat » affirme un souci de légitimité et une identité nationale. Le texte prévoit pourtant une quasi-autonomie des protestants qu’il veut fédérer démocratiquement ; bien plus, il reconnaît par deux fois que les Guise, pourtant ennemis des protestants et souvent considérés comme des princes étrangers en France, ont sur la couronne des prétentions légitimes ; il affirme aussi que certaines terres ont été usurpées par la France sur l’Empire, et autorise de fait une intervention étrangère.

Lire la suite (Persée)