Accueil / Histoire et fonction / Perception de la cour & la royauté / Etudes modernes / La satire chez Laurent de Briançon ou la (...)

La satire chez Laurent de Briançon ou la revanche d’un provincial sur la cour au XVIe s.

Stéphane Gal

Stéphane Gal, La satire chez Laurent de Briançon ou la revanche d’un provincial sur la cour au XVIe s., Europa Moderna, n° 1, 2010.

Extrait de l’article

La littérature dialectale est généralement peu exploitée par les historiens, en particulier dans le domaine francoprovençal. Trop souvent reléguée au domaine de la farce, elle recèle pourtant d’innombrables informations, tant politiques, sociales que religieuses, souvent développées avec truculence, mais aussi avec finesse et réalisme. Relayant, quand ils ne devançaient pas, les poncifs diffusés par les textes ou l’iconographie de la propagande officielle, les textes en dialectes jouèrent dans les Alpes occidentales un rôle important dans la fabrication des identités confessionnelles, politiques, urbaines, voire nationalistes.

Cet article porte sur un poème satirique écrit dans la seconde moitié du XVIe siècle par le Dauphinois Laurent de Briançon. « La vieutenanci du Courtizan » est un texte en langue francoprovençale de cent quatre-vingt-six alexandrins contenu dans un petit opuscule de sept pages conservé à la Bibliothèque Municipale de Grenoble. L’exemplaire qui nous est parvenu n’est hélas ni localisé ni daté, mais il est probablement de 1577, compte tenu du contexte et de la graphie utilisée. Il fut réimprimé par la suite à Grenoble, en 1646 et en 1662.

Lire la suite (Europa Moderna)