Accueil / Art et culture / Peinture et arts graphiques / Etudes modernes / Etienne Delaune et les dessins du cartulaire (...)

Etienne Delaune et les dessins du cartulaire du collège d’Ecosse

George A. Wanklyn

Wanklyn, George A., Etienne Delaune et les dessins du cartulaire du collège d’Ecosse, dans Revue de l’Art, 1992, N° 98, p. 39-43.

Extrait de l’article

Dans l’article qui précède, David Thomson a examiné maints aspects des trois dessins de très grand for­mat, exécutés à l’encre et au lavis sur vélin, qui sont insérés dans un car­tulaire confectionné pour le collège d’Ecosse de l’université de Paris. Pour ma part, je voudrais me pen­cher sur l’attribution de ces dessins jusqu’ici inédits. On peut établir di­verses comparaisons, concernant la mise en page, la présentation, l’ico­nographie ou le style, afin de mieux situer ces œuvres dans le contexte de l’art du dessin français au XVIe siècle. Certaines questions, toutefois, reste­ront sans réponse définitive.
Devant ces dessins, on pense im­médiatement à Etienne Delaune, parce qu’on peut faire des rapproche­ments avec des œuvres attribuées à cet artiste, mais il ne faut pas oublier qu’on ne connaît aucun dessin de Delaune portant sa signature et pra­tiquement aucun qu’il soit possible de rattacher à une commande attes­tée. Il faut donc essayer de constituer un corpus de dessins en se référant constamment à ses gravures signées, et en regroupant les œuvres analo­gues. Par ailleurs, si l’on est assez bien informé sur les activités de De­laune à diverses époques de sa longue carrière, des pans d’ombre empê­chent encore d’appréhender pleine­ment son apport artistique. Ainsi, rien ne permet d’affirmer qu’il avait un atelier, même si c’est fort proba­ble. Dans ces conditions, l’art de De­laune suscitera toujours des avis divergents.

Lire la suite (Persée)