Accueil / Vie quotidienne / Médecine, sciences et savoirs / Etudes modernes / Le cerveau de Voltaire. Ce qu’il en reste dans (...)

Le cerveau de Voltaire. Ce qu’il en reste dans le musée de la Comédie Française.

G. Variot

G, Variot « Le cerveau de Voltaire. Ce qu’il en reste dans le musée de la Comédie Française », dans Bulletin de la Société française d’histoire de la médecine, n° 21, 1927, pp. 260-276.

Histoire de la conservation du cerveau de Voltaire, dont les rapports tumultueux avec certains membres de la cour (le Régent, Mme de Pompadour) ne peuvent faire oublier qu’il fut aussi historiographe du roi...

Extrait de l’article

Ce que l’on conserve du cerveau de Voltaire à la Comédie Française est bien peu de chose, à côté de ses immortelles productions, telles que Mérope et Zaïre qui resteront toujours au répertoire. La relique actuelle a passé par bien des mains et a subi bien des pérégrinations avant d’être recueillie en 1924 au Théâtre Français. Son histoire assez mouvementée depuis un siècle et demie a exercé la sagacité des chercheurs et des érudits, entre autres de M. Lenôtre et de M. Brindejonc Offenbach dans ses derniers temps. Mais c’est surtout aux médecins qu’il appartient de dissiper l’obscurité qui règne encore sur ce souvenir précieux et sur les modifications de la pièce anatomique qui l’ont réduites à un petit fragment desséché de substance nerveuse. Notre savant collègue, le Dr Dorveaux, a publié sur ce sujet un mémoire très consciencieux et très documenté auquel je ferai de fréquents emprunts et qui est intitulé « Le cervelet de Voltaire et les Mitouart ».
Je voudrais montrer que ce titre ne correspond pas à la réalité et que c’est bien non seulement le cervelet mais aussi le cerveau entier du grand homme qui a été conservé par l’apothicaire Mitouart. J’étudierai en outre les altérations que le viscère immergé dans l’esprit de vin a subies à la longue.

Lire la suite (medic@)