Accueil / Histoire et fonction / Perception de la cour & la royauté / Etudes modernes / Roi sacré, victime sacrificielle et victime (...)

Roi sacré, victime sacrificielle et victime émissaire

Lucien Scubla

Revue du MAUSS, no 22 2003/2 (éd. par La Découverte, I.S.B.N. 2707141860) p. 197 à 221.

Extrait de l’article

La science ne se réduit pas à l’érudition. Elle ne consiste pas seulement, disait Hocart, à accumuler des faits, mais aussi à trouver des leviers permettant de soulever la masse des faits. Fidèles à cette idée, les pages qui suivent ne contribuent pas à l’ethnographie de la royauté, ni à l’histoire des idées monarchiques, mais constituent un essai d’anthropologie théorique ou fondamentale. On n’y trouvera pas de nouvelles données relatives à la royauté, mais un effort pour rendre l’institution plus intelligible. Ni un panorama des théories de la monarchie, mais une sélection de quelques hypothèses convergentes et complémentaires. Ni une vérification empirique de ces hypothèses et de leurs implications, mais quelques principes unificateurs dont elles peuvent être tirées.

Dans le domaine considéré, la masse des faits déjà recueillis par les ethnographes et les historiens est énorme et risque de nous écraser, mais les leviers requis pour la soulever sont d’ores et déjà disponibles. C’est tout ce que nous voudrions montrer. Une théorie plus générale et plus complète serait possible, mais exigerait de longs développements. On se propose ici de jeter seulement les bases d’une axiomatique de la royauté.

Lire la suite (CAIRN)