Accueil / Vie quotidienne / Itinérance, voyages et exil / Etudes modernes / Les voyages organisés par ordre du roi à (...)

Les voyages organisés par ordre du roi à Versailles

Jan Vandersmissen

Jan Vandersmissen, « Les voyages organisés par ordre du roi à Versailles », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne], 4 | 2011, mis en ligne le 29 septembre 2011. URL : http://crcv.revues.org/11562 ; DOI : 10.4000/crcv.11562

Résumé

Cette conférence étudiera les voyages financés par l’État français aux XVIIe et XVIIIe siècles en vue d’une acquisition de nouvelles connaissances sur le monde en dehors de l’Europe. Cette période fut témoin d’un changement radical de l’exploration scientifique outre-mer. Pendant le règne du Roi-Soleil, et sous l’impulsion de Colbert, les voyageurs académiques partant de la France, ainsi que certains Français résidant dans les territoires d’outre-mer, recevaient des instructions pour mieux orienter leurs observations et améliorer la collecte de données, et ceci afin de recueillir des connaissances qui seraient utiles à l’État. Les projets à petite échelle prévalaient. Grâce au soutien d’institutions royales comme l’Académie royale des sciences ou le Jardin du roi, des individus comme Charles Plumier, Joseph Pitton de Tournefort et Louis Éconches Feuillée ramenaient des échantillons et descriptions de « plantes utiles ». D’autres, comme Jean Richer, faisaient des observations astronomiques dans l’hémisphère Sud, améliorant ainsi non seulement la connaissance géographique, mais aussi les techniques cartographiques et les compétences dans le domaine de la navigation. Sous Louis XV vint une amplification des entreprises. La rivalité avec l’Angleterre conduisait les Français vers le Pacifique. Science, exploration et géopolitique se confondaient. De vastes équipes de chercheurs montaient à bord de navires militaires. Les expéditions enrichirent les collections scientifiques de Versailles et des institutions royales à Paris. Sous Louis XVI, ce processus culmina dans l’expédition de La Pérouse. Trois aspects de la politique scientifique française dans le domaine de l’exploration seront analysés ici en détail : les mécanismes de patronage et de protection, les mécanismes d’approbation scientifique et la mise à profit des connaissances rassemblées par les voyageurs.

Consulter l’article (revues.org)