Accueil / Vie quotidienne / Médecine, sciences et savoirs / Etudes modernes / La flottille du Grand Canal de Versailles à (...)

La flottille du Grand Canal de Versailles à l’époque de Louis XIV : diversité, technicité et prestige

Amélie Halna du Fretay

Amélie Halna du Fretay, « La flottille du Grand Canal de Versailles à l’époque de Louis XIV : diversité, technicité et prestige », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne], Articles et études, mis en ligne le 20 septembre 2010. URL : http://crcv.revues.org/10312 ; DOI : 10.4000/crcv.10312

Résumé

Si l’on a souvent parlé à Versailles, et à juste titre, de l’éclat et de la grandeur du Grand Canal, on a plus rarement évoqué l’impressionnante flottille qui y évoluait dès 1669, et l’importance du personnel qui y était affecté. Il ne fait nul doute que la réunion de ces différents bâtiments participait à la manifestation de la grandeur du roi. Cependant, elle ne saurait être étudiée sous ses seuls aspects esthétique, ludique, et festif, mais elle mérite d’être appréhendée également dans sa dimension scientifique. En effet, la flottille de Louis XIV n’était pas uniquement constituée de bâtiments de plaisance de type chaloupes, gondoles et canots, mais réunissait aussi des vaisseaux de hauts bords (marine de guerre et marchande) avec des frégates, des galères, des heux, des brigantins... Elle était, en cela, intimement liée à l’histoire de la Marine française. D’autre part, pour répondre à une démarche encyclopédique, on fit venir des bâtiments typiques d’une région ou d’un pays donné (gondole, piote de Venise, yachts d’Angleterre...). De plus, le Grand Canal servit de prétexte à des expérimentations techniques : des inventeurs proposèrent à la surintendance des Bâtiments du roi d’y tester leurs machines. Enfin, la construction de ces prestigieux bâtiments suivait un processus bien défini. Commandés dans les ports de France, ils étaient pour la plupart acheminés par voie fluviale et en pièces détachées. Des correspondants surveillaient le transport et l’approvisionnement des pièces pour le remontage.

Lire la suite (revues.org)