Accueil / Représentation et festivités / Musique et danse / Etudes modernes / Topographie du plaisir sous la Régence. Pour (...)

Topographie du plaisir sous la Régence. Pour Maurice Barthélemy.

Manuel Couvreur, Philippe Vendrix

Couvreur, Manuel / Vendrix, Philippe, "Topographie du plaisir sous la Régence", dans MORTIER Roland, HASQUIN Hervé, eds. : "Topographie du plaisir sous la Régence" in Etudes sur le XVIIIè siècle, Volume XXVI, Editions de l’Université de Bruxelles, 1998.

Extrait de l’article

En 1733, Jean-Philippe Rameau offre au public parisien sa première réalisation
lyrique : Hippolyte et Aricie. Et comme il en était devenu l’ habitude sous l’ Ancien
Régime, les plumes se déchaînèrent. La modernité du XVIIIe siècle doit faire face à la
« monumentalisation » du Grand Siècle : rien ne pourra jamais remplacer ni
Versailles, ni Lully. De cette querelle durant laquelle se déchirent lullistes et ramistes,
naquit une étrange habitude de l ’ historiographie musicale, qui déniera systématiquement
toute qualité de novateur aux compositeurs qui eurent la malchance de
produire quelque partition que ce soit entre ces deux géants de la musique baroque
française. Cette situation perdurera jusqu’en 1957. Cette année-là, en effet, un jeune
musicologue, aussi curieux que soucieux de réparer les injustices, publie les résultats
de ses recherches sur André Campra, compositeur qui avait fait l ’objet d’une thèse de
doctorat soutenue à l’Université de Liège.

Lire la suite (document pdf, Digithèque des Editions de l’Université de Bruxelles)