Accueil / Historiographie et méthodologie / Les SHS à l’ère du numérique / Etudes modernes / Vingt ans d’informatique en histoire médiévale

Vingt ans d’informatique en histoire médiévale

Lucie et al. Fossier

Fossier Lucie, Carpentier Elisabeth, Genet Jean-Philippe, Millet Hélène, Parisse Michel. Vingt ans d’informatique en histoire médiévale. In : Actes des congrès de la Société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public. 20e congrès, Paris, 1989. L’histoire médiévale en France. Bilan et perspectives. pp. 501-525.

Extrait de l’article

Par l’effet d’un heureux hasard, le point de départ choisi pour dresser le bilan de la recherche en histoire médiévale coïncide, à peu de chose près, avec le point de départ des traitements entrepris par les médiévistes au moyen des méthodes informatiques. Si nous tentons en effet de déceler les premiers indices de l’usage de l’ordinateur dans notre discipline, nous pensons au Catasto florentin de 1427 dont l’étude suscita en 1968 la création d’une RCP du CNRS, nous pensons à la création en 1966, à Nancy, du Centre de recherches et d’applications linguistiques, au sein duquel avait été immédiatement prévu le traitement des actes originaux antérieurs à 1200, nous pensons au Cadastre d’Orvieto traité en vue d’une thèse de doctorat dès le début des années soixante-dix, nous pensons à cette audacieuse thèse soutenue en 1970 dans la très traditionnelle École des chartes, qui reposait entièrement sur l’exploitation informatique des registres notariaux de Carpentras.

Lire la suite (Persée)