Accueil / Vie quotidienne / Itinérance, voyages et exil / Etudes modernes / Le voyage de Bourges (1412). Un exemple des (...)

Le voyage de Bourges (1412). Un exemple des conséquences de la folie de Charles VI

Bernard Guenée

Guenée Bernard. "Le voyage de Bourges (1412). Un exemple des conséquences de la folie de Charles VI", dans Comptes-rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 140e année, N. 2, 1996. pp. 785-800.

Extrait de l’article

En août 1392, le roi Charles VI tombait fou. En octobre de la même année, il semblait rétabli. Mais, en juin 1393, une nouvelle crise l’abattait, dont il ne sortait qu’en janvier 1394. Et ainsi, jusqu’à sa mort, en 1422, pendant trente ans, crises et rémissions se succédèrent.
Cette folie fut la cause première des malheurs des Français pendant plusieurs décennies. Elle permit que les divisions des princes tournent en guerre civile. Après quoi, ce fut l’invasion anglaise, la défaite, à Azincourt, l’occupation de partie du royaume. La France n’acheva de panser ses plaies que dans la seconde moitié du XVe siècle.
Mon intention n’est pas aujourd’hui de revenir sur cet enchaînement dramatique. Je voudrais plus précisément me demander quelles ont pu être, dans la vie politique française, sous Charles VI, les conséquences de cette alternance de crises et de rémissions imprévisibles.

Lire la suite (Persée)