Accueil / Histoire et fonction / Politique, guerre et justice / Etudes modernes / Mazarin et la, « comédie de Lyon » : au-delà de (...)

Mazarin et la, « comédie de Lyon » : au-delà de la légende 

Daniel Séré

Séré, Daniel, « Mazarin et la, « comédie de Lyon » : au-delà de la légende », Dix-septième siècle 2/ 2006 (n° 231), p. 327-340

Extrait de l’article

Le rétablissement de la paix entre la France et l’Espagne, en 1659, a une longue histoire. Au cours des vingt-quatre ans de conflit, de nombreuses tentatives ont été faites pour y parvenir. On n’en retient généralement que les plus marquantes. Parmi celles-ci, les conférences secrètes de Madrid, en 1656, entre Luis de Haro, le principal ministre de Philippe IV, et Hugues de Lionne, envoyé par le cardinal Mazarin, ont marqué un progrès important vers la paix. Elles ont abouti à un accord sur les points essentiels du contentieux franco-espagnol, mais elles ont finalement échoué sur les conditions de retour en France du prince de Condé, passé depuis 1652 aux côtés de l’Espagne. Dans l’été de 1658, l’Espagne a repoussé une nouvelle chance de faire la paix à l’occasion d’une réunion de la Diète impériale à Francfort.

C’est cependant une initiative espagnole, dès l’automne de la même année, qui a joué un rôle décisif dans le retour à la paix. À sa suite, une série de conférences secrètes se sont tenues à Lyon d’abord, puis à Paris, entre Mazarin et un plénipotentiaire envoyé par Philippe IV. Elles ont duré de décembre 1658 à juin de l’année suivante et se sont conclues, le 4 juin 1659, par le traité de paix de Paris, dont les résultats principaux ont été la paix, le projet de mariage entre Louis XIV et l’infante Marie-Thérèse et la rencontre des deux principaux ministres à la frontière des Pyrénées, dans l’été suivant.

Lire la suite (Cairn)