Accueil / Historiographie et méthodologie / Historiographie / Etudes modernes / Alcuin, biographe de Charlemagne

Alcuin, biographe de Charlemagne

Matthias M. Tischler

Tischler, Matthias M., « Alcuin, biographe de Charlemagne », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 111-3, 2004, 443-459.

Résumé de l’article

Plusieurs manuscrits médiévaux de la célèbre biographie de Charlemagne, écrite par Éginhard, portent des titres variés mais qui témoignent tous d’une paternité littéraire d’Alcuin. Manuscrit clunisien de l’époque de l’abbé Odilon (994-1049), probablement du premier quart du XIe siècle, le Ms. nouv. acq. 2664 de la BNF de Paris donne sur le f° 32 r°a l’inscription Incipit vita et actus domni Karoli imperatoris magni edita ab alcuino magistro. Appartenant aux classes différentes de la transmission textuelle, les notes d’une tradition comparable à cette attribution nous forcent à déduire leur origine multiforme. Hypothèse que confirme le témoignage d’autres sources indépendantes, de toute l’Europe, commençant au milieu du XIIe siècle avec une addition autographe du chroniqueur normand Robert de Torigny, pour en finir au XIVe siècle avec le plus grand connaisseur des biographies impériales de Suétone, la source la plus importante de la biographie de Charlemagne, Pétrarque lui-même, qui ne connaissait l’ouvrage d’Éginhard que sous le patronat d’Alcuin. La communication tente de reconstruire de nouveaux aspects de l’image que s’est créée le public scientifique d’un Alcuin auteur quasi omniprésent dans les oeuvres carolingiennes qui semblaient être contemporaines du savant de l’entourage de Charlemagne le plus connu au Moyen Âge. La contribution est un essai visant à sensibiliser les sciences modernes aux problèmes épineux d’identification littéraire et historique provoqués par l’anonymat d’un grand nombre d’ouvrages médiévaux même prestigieux.

Lire la suite (Revues.org)