Accueil / Individus, familles, groupes / Famille royale / Ouvrages avant 1800 / Lettres inédites d’Anne d’Autriche conservée à (...)

Lettres inédites d’Anne d’Autriche conservée à la Bibliothèque nationale de Russie à Saint-Pétersbourg

Vladimir Chichkine (éd.)

Comment citer cette publication :
Vladimir Chichkine (éd.), "Lettres inédites d’Anne d’Autriche conservée à la Bibliothèque nationale de Russie à Saint-Pétersbourg", dans Srednie veka, № 60. Moscou, 1997, pp. 426-431. Documents édités en ligne sur Cour de France.fr le 1er mai 2008 (http://cour-de-france.fr/article341.html).

A messires les presidens et tresoriers generaulx de France en la generallite de Lyon (27 septembre 1624)

Original. Collection du Cte Suchtelen. Dossier 4, № 64

Verso :
A messires les presidens et tresoriers generaulx de France en la generallite de Lyon.
Mention d’une main anonyme du XVIIe s. : De la Royne du XXVIIе septembre 1624

Recto :
Messires, le Roy Monseigneur vous envoyant son edict du mois de Mars dernier portant attribution de quatre deniers a chacun des conseilleurs et receveurs generaulx provinciaux des gabelles de ce Royaume avec sa commission pour procedder a la veriffication dicelluy et m’ayant accorde les deniers qui proviendront dudit edict pour emploier au paiement de partie de plusieurs despences extxaordinaires de ma maison. J’ay bien voulu vous faire celle cy pour vous prier d’y apporter la facilite par dilligence necessaire au bien de mes affaires, vous asseurant que je recevray a plaisir par service bien agreable de vous le tesmoignage que je me promects que me donnerez en ce rencontre de votre affection, et sur ce je prie Dieu, Messires, qu’il vous tienne en sa sainte et digne garde. Escrit a Saint Germain en Laye,
le XXVIIе jour de Septembre 1624.

Signature-autographe : Anne
Secrétaire : Le Gras

A Monsieur de Cesi co[n]seiller du Roy Monseigneur en son conseil d’Estat et son ambassadeur en Levant (13 mai 1626)

Original. Collection de Pierre Dubrovskiy. Aut. 35, № 28

Verso
A Monsieur de Cesi conseiller du Roy Monseigneur en son conseil d’Estat et son ambassadeur en Levant
Mention d’une main anonyme du XVIIe s. : De la Royne du 13e de May 1626. Reçue ce 12e de juillet.

Recto
Monsieur de Cesi, je recois a service et plaisir si agreable de vous le soing que me serviez (?) avoir pris de la liberte du chevallier de la Fayette que je vous ay bien voulu faire celle cy pour vous dire que vous ne pouviez accroistre le contentement que j’en recois que par la continuation des dilligences dont vous avez jusques a maintenant use en cet affaire, et qu’ ainsi que vous me tesmoignez le respect que portez a ce que vous connoissez estre affectionne par moy. Je ne seray moins contente de vous faire recevoir aux occasions qui se pourront offrir pour vous par le vostres des effects de ma bonne volonte en vostre endroict, et sur ce je prie Dieu, Monsieur de Cesi, qu’il vous tienne en sa sainte et digne garde, escrit a Fontaynebleau le treizeme jour de may 1624.

Signature-autographe : Anne
Secrétaire : Le Gras
Mention d’une main anonyme du XVIIe s. :
13 may 1626, de la Reine

A mon cousin le duc de Saxe de Veymar (15 avril 1639)

Autographe. Collection des autographes étrangères. F.991. № 29

Verso
A mon cousin le duc de Saxe de Veymar.
Mention d’une main anonyme du XVIIe s. : La Reyne Anne

Recto
Моп cousin, j’ay receu la lettre que le Sr general major d’Erlach ma encores rendu de vostre part pour portant si particuliere de vostre affection que celle que je vous porte ne seroit bien satisfaicte sans 1’asseurance que je vous prie de prendre par celle cy qu’ainsi que vous participes sur tous autres aux contentements que le Roy Monseigneur et moy avons receu de la naissance de mon fils le daufin que vous me recognoistres aussy en touttes occasions plus que personne du monde et autant que vous le pouves desirer.
Votre bonne cousine,

Anne

A St. Germain en Laye ce XVе avril 1639

A Notre tressainte Pere le Pape (10 mai 1647)

Autographe. Collection de Pierre Dubrovskiy. Aut. 35. № 29.

Verso
A Notre tressainte Pere le Pape

Recto
Tressaint pere, le Roy Monsieur mon fils envoyant a Rome le Sr marquis de Fontenay-Mareuil en qualite de son ambassadeur extraordinaire. Je n’ay pas voulu manquer de renouveler a Votre Saintete les asseurances de ma devotion inviolable envers le St. Siege, et de la passion que j’ay aussy de veoir les choses en estat que je puisse luy tesmoigner plainement combien j’honore sa personne, et ayme toute sa maison. J’espere de la prudence et bonte paternelle de Votre Saintete et mesme de la justice des instances que luy seront reinterees de la part du Roy mondit sieur et fils que je ne seray pas daventage privee de ce contentement. Votre Saintete agreera s’il luy plaist d’entendre favorablement ce que le dit Sr. ambassadeur aura l’honneur de luy dire de plus particulier la dessus, et de luy donner entiere creance, aincy que je l’en supplie de tout mon coeur, et qu’il plaise a Dieu, Tressaint pere, conserver longuement et heureusement Votre Saintete pour le gouvemement de son eglise, escril a Paris le dix.me may 1647.
Votre devote fille,

Anne.

A Monsieur Seguyer chevalier chancellier de France (20 mai 1649)

Autographe. Collection de Pierre Dubrovskiy. Aut. 35. № 30.

Verso
A Monsieur Seguyer chevalier chancellier de France
Mention d’une main anonyme du XVIIe s. : La Reine du 20е may 1649.

Recto
Monsieur le chancelier, les religieuses de l’assomption m’ayant faict representer que 1’arrest sur lequel est fonde leur translation, fut rendu au conseil d’en hault en presence du feu Roy Monseigneur, je servis bien aise d’estre aussy presente a celuy que doit intervenir sur le proces qu’elles ont au conseil pour le mesme faict, c’est pourquoy vous en surseeoirez le jugement, jusqu’a ce que je sois de retour a Paris, si cela neanmoins se peult faire sans blesser 1’interest de leur parties, cependant je prie Dieu, qu’il vous ayt, Monsieur le chancelier, en sa sainte garde, escrit a Compiegne,
le vingtieme jour de may 1649,

Anne

De la main de Denis Godefroy : Original. 20 may 1649. La Reine mande au Chancelier de surseoir jusques a son retour le jugement du proces des religieuses de l’assomption desirant de s’y trouver. Nota pour la forme d’escrire.

A Monsieur Seguyer chevalier chancelier de France (5 juin 1649)

Autographe. Collection de Pierre Dubrovskiy. Aut. 35. № 31.

Verso
A Monsieur Seguyer chevalier chancelier de France.
Mention d’une main anonyme du XVIIe s. : La Reyne du 5e juin 1649.

Recto
Monsieur le chancelier, le prevost de l’Isle qui a faict paroistre dans ces derniers mouvemens le fermete de son zele au service du Roy Monsieur mon fils, et souffert pour cette consideration la, les mauvais traittemens que vous avez seeu, m’a represente les sujects qu’il a, de desirer que ses
affaires soient tirees hors du parlement de Paris qui luy est suspect apres l’emprisonnement faict de sa personne par son ordre, et les violences qu’il a permis qu’on ayt contre luy. Je seray bien aise qu’il se trouve quelque voye du luy donner cette satisfaction, qui me semble juste, et que vous voyez quels moyens il у peut avoir d’acommoder ce qu’il demande avec l’observation de la derniere declaration du Roy, cependant je prie Dieu qu’il vous ait, Monsieur le chancelier, en sa sainte garde. Escrit a Compiegne,

le cinquieme juin 1649,
Anne

De la main de Denis Godefroy : Original. 5 juin 1649. La Reine mande ou Chancelier quil trouve moien de tirer du parlement de Paris les affaires du Prevost de I’lsle acause de son emprisonnement, et mauvais traitemens faits a I’autorite dudit parlement.

A Monsieur le chancelier de France (11 septembre 1659)

Original. Collection de Pierre Dubrovskiy. Aut. 35. № 32.

Verso
A Monsieur le chancelier de France.
Mention d’une main anonyme du XVIIe s. : De la Reine du XIme septembre 1659.

Recto
Monsieur le chancelier, je vous dis a mon depart de Fontenbleau. L’intention que le Roy Monsieur mon fils et moy avions que l’aumosnier de la prevoste de l’hostel qui est un augustin soit rembourse de sa charge et qu’il rentre dans son convent pour les considerations dont je vous fis part. Je vous fais encores celle cy pour vous dire la mesme chose et que vous me ferez plaisir d’en haster les expeditions et d’executer tout ce que vous m’avez promis sur cette affaire ce qu’atendant de vostre affection envers moy et de mon entremise je seray tousjours.
Votre bonne amie,

Signature autographe : Anne
A Bordeaux се ХIme septembre 1659