Accueil / Actualités et liens utiles / Événements / Appels à communication / 15 mars 2015, Grenoble : François de Bernis, (...)

15 mars 2015, Grenoble : François de Bernis, médiateur et observateur de l’Europe monarchique et révolutionnaire

À l’occasion du tricentenaire de la naissance du cardinal de Bernis, l’Université Pierre Mendès France de Grenoble (CRHIPA), l’École française de Rome, l’Université de Rome « La Sapienza » et la Société des Amis des Poètes Roucher et André Chénier organisent deux colloques internationaux, qui se dérouleront les 21-22 mai 2015 à Grenoble et les 15-16 octobre 2015 à Rome.

Figure polyédrique située à la croisée de l’Église et de la diplomatie, de la société des princes et de la sociabilité des Lumières, Bernis bénéficie d’une « aura » dans les champs littéraire et mémoriel qui n’a pas son équivalent dans le domaine des études historiques. Si l’historiographie républicaine du XIXe siècle chercha à l’ériger en modèle du diplomate d’Ancien Régime, il est aujourd’hui principalement présent dans la mémoire collective sous l’angle de l’ecclésiastique libertin. L’enjeu est dès lors de se fonder sur le recours aux sources primaires pour consacrer une recherche scientifique collective à cette figure clé de la fin de l’Ancien Régime, qui incarne mieux qu’aucune autre les trois fonctions d’information, de négociation et de représentation assignées aux représentants du corps diplomatique.

Tirant profit de longues années de résidence dans la péninsule italienne, à Rome mais également à Venise, à Naples et à Parme, Bernis mit en place un dispositif élaboré de gestion de l’information politique internationale, fondé sur le recours à de multiples intermédiaires aussi bien officiels et professionnels que clandestins et occasionnels. Sa carrière témoigne par ailleurs d’un art consommé de la négociation et de la conciliation des contraires, éprouvé tant à l’occasion du renversement des alliances de 1756 que des conclaves de 1769 et 1775, ou encore lors de la réaction pontificale à la Constitution civile du clergé. Enfin, Bernis œuvra à construire sa renommée en échafaudant un système de représentation fondé sur la rencontre entre élites du pouvoir et milieux culturels. Affirmant tenir à Rome « l’auberge de la France dans un carrefour de l’Europe », il déploya une stratégie de l’hospitalité mondaine délibérément ouverte aux milieux de l’art, des lettres, de la musique et de l’érudition.

Les archives diplomatiques de Nantes et de La Courneuve, ainsi que des séries de mémoires et de correspondances personnelles disséminés dans différents fonds à travers l’Europe, révèlent combien Bernis fut l’un des observateurs les mieux informés des dernières décennies de l’Ancien Régime et des débuts de la Révolution. Aussi, les contributions proposées privilégieront-elles d’une part cette dimension de l’observation politique et diplomatique, saisie dans une dimension européenne et mondiale. On s’intéressera d’autre part aux puissantes interconnexions entre réseaux diplomatiques, réseaux artistiques et réseaux culturels au sein de l’Europe pré-révolutionnaire, au prisme de la figure d’amateur et de collectionneur qu’incarne le cardinal de Bernis. Ce dernier constitue également un représentant important du monde des lettres, un poète dont la célébrité fut précocement acquise par ses œuvres de jeunesse, et dont la renommée sera consolidée par la publication posthume du long poème de La Religion vengée. Ses Mémoires méritent aussi d’être relus à l’aune des travaux actuels sur les égo-documents. Cet attachement naturel et constant de Bernis à la littérature forme en conséquence le dernier axe autour duquel des communications sont sollicitées.

Les propositions d’intervention, ne dépassant pas une demi-page et accompagnées d’un court CV et d’une liste de publications, sont à faire parvenir à l’adresse suivante :
montegre.gilles chez neuf.fr
Plusieurs publications liées aux futures rencontres sont d’ores et déjà envisagées.
Date limite de dépôt : 31 janvier 2015

Organisation : Gilles Montègre (Université de Grenoble-Alpes)

Membres du comité scientifique : Lucien BÉLY (Université Paris-Sorbonne), Gilles BERTRAND (Université de Grenoble-Alpes), François BRIZAY (Université de Poitiers), Marina CAFFIERO (Université de Rome « La Sapienza »), Paul CHOPELIN (Université de Lyon 3), Marie DEMEILLIEZ (Université de Grenoble-Alpes), François DUMASY (École française de Rome), Guillaume HANOTIN (Université Bordeaux-Montaigne), Christine LEBEAU (Université Panthéon-Sorbonne), Virginie MARTIN (Université Panthéon-Sorbonne), Patrick MICHEL (Université de Lille 3), Gilles MONTÈGRE (Université de Grenoble-Alpes), Jean-Noël PASCAL (Université de Toulouse 2 / SAPRAC), Albane PIALOUX (Université Paris-Sorbonne), Géraud POUMARÈDE (Université Bordeaux-Montaigne), Catriona SETH (Université de Lorraine)