Accueil / Histoire et fonction / Relations nationales et internationales / Etudes modernes / Les fidélités languedociennes et provençales du (...)

Les fidélités languedociennes et provençales du cardinal de Fleury à la Cour

Pascale Mormiche

Pascale Mormiche, « Les fidélités languedociennes et provençales du cardinal de Fleury à la Cour », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles, Les Méridionaux à Versailles [En ligne], mis en ligne le 14 juin 2008. URL : http://crcv.revues.org/document2123.html.

Résumé de l’article

Ayant vécu à la Cour depuis 1666 environ et surtout après 1680, le cardinal André Hercule de Fleury est un personnage central dans l’étude sur la longue durée du clientélisme et des réseaux utilisés par les Méridionaux afin d’obtenir des emplois à la Cour. Sa propre ascension s’appuie d’abord sur une bonne gestion des relations locales entre Lodève et Montpellier. Il est alors soutenu par les familles Bonzi et Castries qui l’accompagnent vers Paris. Modifiant ensuite ses relations en fonction des familles qui dominent à la Cour, à la Chapelle et dans le service du roi à la fin du XVIIe siècle, il parvient à l’épiscopat puis au préceptorat royal. À partir de ce moment, il se comporte comme un « patron » dont l’influence s’accroît pendant la Régence et surtout après 1722. Cet article met en évidence les liens variés que le cardinal utilise à son profit puis comme protecteur des Languedociens et des Provençaux dont certains parviennent, grâce à lui, au ministériat.

Consulter l’article (revues.org)