Accueil / Art et culture / Architecture, jardins et urbanisme / Etudes modernes / Les années d’apprentissage du jeune de L’Orme : (...)

Les années d’apprentissage du jeune de L’Orme : l’hôtel Bullioud à Lyon

Yves Pauwels

Pauwels, Yves, "Les années d’apprentissage du jeune de L’Orme : l’hôtel Bullioud à Lyon", dans Bulletin Monumental, tome 153, n° 4, année 1995, pp. 351-357.

Extrait de l’article

Du voyage de Philibert de L’Orme à Rome, nous ne savons que ce qu’il a bien voulu en laisser apparaître dans Le Premier Tome de l’Architecture ; autant dire pas grand-chose, et, en tout état de cause, des confidences faites plus de vingt ans après les événements. Or, la plupart des études sur la formation de Philibert prennent au pied de la lettre ces affirmations, flatteuses il est vrai pour l’ amour-propre gaulois, selon lesquelles le jeune Lyonnais aurait été l’ami des personnalités les plus notables de l’architecture romaine, l’interlocuteur privilégié de Marcello Cervini : on va jusqu’à en faire l’architecte de Paul III, comme s’il avait été l’égal d’Antonio da Sangallo. Il convient de ne pas se laisser aller à un tel enthousiasme : les vantardises ne sont pas rares dans Le Premier Tome de l’Architecture, et à plusieurs reprises de L’Orme se laisse prendre en flagrant délit d’imposture. En 1567 sa primauté sur l’architecture française avait été sérieusement remise en cause par la mort d’Henri II, la disgrâce de Diane de Poitiers et ses propres mésaventures ; le souci qu’il pouvait alors avoir de son image l’a sans doute poussé à quelques enjolivements.

Lire la suite (Persée)