Accueil / Art et culture / Architecture, jardins et urbanisme / Etudes modernes / Fraudes et profits autour des marbres méridionaux,

Fraudes et profits autour des marbres méridionaux, de Colbert au duc d’Antin

Pascal Julien

Pascal Julien, "Fraudes et profits autour des marbres méridionaux, de Colbert au duc d’Antin", Livraisons de l’histoire de l’architecture, 16, 2008, 33-46.

Résumé de l’article

La fraude, que l’on a pu parfois considérer comme un profit bien compris, est un phénomène rarement, voire jamais pris en compte dans le cadre des chantiers, alors qu’il s’agit d’une pratique courante et constante dans le monde des métiers, notamment sous l’Ancien Régime. Les marbres, matériaux coûteux à extraire, à transporter et à mettre en œuvre, furent particulièrement exposés à ces pratiques, notamment lors de leur emploi à Versailles, où il en fut acheté pour plusieurs millions de livres. De quoi susciter bien des convoitises. La politique marbrière mise en place par les surintendant et directeurs des Bâtiments du roi pour approvisionner ce chantier, de Colbert au duc d’Antin, a laissé la trace de différents abus et de manœuvres menées jusqu’au plus haut niveau, peu apparentes habituellement dans les documents. Leur analyse permet de constater que ce qui apparaît parfois comme un phénomène mineur, sinon négligeable, peut avoir d’importantes conséquences sur le long terme, en favorisant parfois des développements inattendus.

Lire la suite (Revues.org)