Accueil / Représentation et festivités / Ballet et opéra / Etudes modernes / Les Noces de Pélée et Thétis, comédie italienne (...)

Les Noces de Pélée et Thétis, comédie italienne en musique entremêlée d’un ballet dansé par le Roi (1654)

Marie-Françoise Christout

Marie-Françoise Christout, "Les Noces de Pélée et Thétis, comédie italienne en musique entremêlée d’un ballet dansé par le Roi (1654)", Baroque [En ligne], 5, 1972

Extrait de l’article

Si nous voulons comprendre l’importance tant nationale qu’européenne des Noces de Pélée et de Thétis représentées à la cour de France au printemps 1654, il convient d’abord de situer cet événement dans son contexte.
Lasse des désordres et des rivalités stériles, la France, épuisée par la Fronde, vient tour à tour de réserver un accueil triomphal à son jeune souverain rentré solennellement à Paris le 21 octobre 1652 puis, trois mois plus tard, à ce même Mazarin qui vient de susciter tant de haines. Autour de Louis XIV, de son frère, se rassemble rapidement une Cour éprise de divertissements galants et de merveilleux théâtral. Très vite, Mazarin a deviné le parti politique qu’il pouvait tirer de l’élégance et de la grâce de l’adolescent royal, de son goût pour le ballet, objet de la prédilection de sujets plus ou moins dociles. Ainsi le ministre ne cessera-t-il de susciter les divertissements capables de faire naître sur les pas du Prince héroïsé ce climat d’adulation éperdue dont témoigneront Benserade, les dédicaces de Molière ou de Racine, mais aussi, les plafonds de Versailles ou les accents de Lully.

Lire la suite (Revues.org)