Accueil / Individus, familles, groupes / Groupes sociaux / Etudes modernes / Masculinité et libertinage dans la figure et (...)

Masculinité et libertinage dans la figure et les écrits de Christine de Suède

Jean-Pierre Cavaillé

Jean-Pierre Cavaillé, "Masculinité et libertinage dans la figure et les écrits de Christine de Suède", Les Dossiers du Grihl, 2010-01

Résumé de l’article

Christine de Suède représente un case study exceptionnel pour aborder la question de la représentation de la masculinité associée à l’idée de force d’esprit en matière de religion. En effet la reine est invariablement présentée par les contemporains comme arborant de multiples signes de virilité, dans le port, le maintien, le vêtement, les occupations et le discours, jetant ainsi le plus grand trouble sur son identité de genre, plus encore que de sexe (même si la question de ses préférences sexuelles ne cesse elle-même d’être agitée). Or ce trouble ou cette indétermination du genre, dû à sa masculinité outrée, est mise en rapport, surtout dans les années de l’abdication, à son « libertinage » d’esprit, voire à son incrédulité pure et simple, nourrie de tous les motifs irréligieux circulant dans l’Europe du XVIIe siècle. Face à cette double image, colportée par les libelles, les mémoires, les correspondances, Christine n’est pas restée passive : elle s’est elle-même prononcée sur sa féminité et sa masculinité, en relation avec son statut de reine et sa décision d’abdication, de même que, alors qu’elle se trouvait engagée à Rome dans une nouvelle forme d’hétérodoxie – le quiétisme –, elle revint sans remord sur ses longues années d’incrédulité.

Lire la suite (Revues.org)