Accueil / Art et culture / Mécénat, collections et gestion / Etudes modernes / La gloire du roi. Iconographie de Louis XIV (...)

La gloire du roi. Iconographie de Louis XIV de 1661 à 1672

Gérard Sabatier

Gérard Sabatier, "La gloire du roi. Iconographie de Louis XIV de 1661 à 1672", dans Histoire, économie & société, année 2000, volume 19, numéro 4, pp. 527 - 560.

Extrait de l’article

L’institution icônique du prince

Charles Perrault rapporte dans ses Mémoires que Colbert, se préparant à remplir la charge - qu’il devait recevoir le 1er janvier 1664 - de surintendant et ordonnateur général des bâtiments, arts, tapisseries et manufactures de France « voulut assembler un nombre de gens de lettres et les avoir auprès de lui pour prendre leurs avis et former une espèce de petit conseil [...] qu’il pût consulter sur toutes les choses qui regardent les bâtiments et où il peut entrer de l’esprit et de l’érudition ».

Le ministre jugeait en effet que « dans les bâtiments on avait continuellement besoin de desseins [projets] pour tous les ornements qu’on y emploie pour les plafonds, tableaux, statues, fontaines, tapisseries, etc. et qu’il était bon que ces desseins fussent corrects, fussent convenables, même pensés avec ordre et avec esprit » .

Le 3 février 1663 fut donc assemblée pour la première fois, au domicile du ministre, la Petite Académie, qui comprenait le conseiller culturel de Colbert, Jean Chapelain, accompagné, sur sa recommandation, des abbés Amable de Bourzeis et Jacques de Cassagnes, ainsi que de François Charpentier et de Charles Perrault. « Peu de temps après qu’il [Colbert] nous eut assemblés, il nous mena faire la révérance au roi, [lequel] nous dit ces paroles : "Vous pouvez, Messieurs, juger de l’estime que je fais de vous, puisque je vous confie la chose au monde qui m’est la plus précieuse qui est ma gloire. Je suis sûr que vous ferez des merveilles. Je tâcherai de ma part de vous fournir la matière qui mérite d’être mise en œuvre par des gens aussi habiles que vous êtes" » . La mission de la Petite Académie était donc claire. « Travailler à la gloire » du roi était ce qu’on appellerait aujourd’hui être en charge de sa communication.

Lire la suite (Persée)