Accueil / Histoire et fonction / La Cour et ses maîtres / Etudes modernes / De lance en quenouille. La place de la reine (...)

De lance en quenouille. La place de la reine dans l’État moderne (XIVe-XVIIe siècles)

Fanny Cosandey

Fanny Cosandey, "De lance en quenouille. La place de la reine dans l’État moderne (XIVe-XVIIe siècles)", dans Annales, année 1997, volume 52, numéro 4, pp. 799-820.

Extrait de l’article

La reine de France existe-t-elle ? Pour saugrenue que paraisse la question, la réponse n’en est pas moins incertaine lorsqu’on se penche sur l’historiographie de ces deux derniers siècles. Les historiens du ou de la politique n’accordent à la reine qu’un regard distrait, la reléguant à une existence domestique à laquelle les nombreuses biographies sur les reines de France n’hésitent pas à la réduire.

Le traitement appliqué jusqu’ici à la loi salique n’est pas étranger à cette situation. Si, depuis Paul Viollet, d’excellents travaux ont montré le processus d’élaboration de cette « loi » et les modalités de l’exclusion des femmes du trône en fonction des impératifs politiques provoqués par la guerre de Cent Ans, aucune analyse n’a envisagé la signification de ce texte à l’égard des femmes. Ainsi, les études récentes, très précises, de Colette Beaune et de Jacques Krynen ont porté sur la construction juridique de la loi salique à partir de la réflexion politique des 14e et 15e siècles, afin de montrer la part qu’eut cette loi dans la formation d’un État monarchique qui puise ses formes modernes dans les deux derniers siècles du Moyen Age. En ce sens, c’est la genèse de ce texte plus que son contenu qui fait l’objet de l’analyse et, dans la perspective d’un renforcement du pouvoir royal, la focalisation qui s’exerce alors sur la personne du roi conduit spontanément à la mise à l’écart de celle qui n’a pas droit au trône. Le fait, dominant toute l’historiographie de la loi salique, qu’aucune réflexion sur la nature de l’exclusion des femmes n’ait été envisagée, laisse la voie ouverte aux interprétations les plus restrictives concernant la place de ces dernières dans la politique. En excluant les femmes de l’héritage au trône,cette loi ne leur laisse qu’une possibilité d’obtenir le titre de reine de France : par mariage.

Lire la suite (Persée)