Accueil / Histoire et fonction / Finances et gestion territoriale / Etudes modernes / Sully et la surintendance des finances

Sully et la surintendance des finances

David Buisseret, Bernard Barbiche

David Buisseret, Bernard Barbiche, Sully et la surintendance des finances, dans Bibliothèque de l’École des chartes, 1965, n° 2, pp. 538-543.

Extrait de l’article

Sully a-t-il été surintendant des finances1 ? Le fait a paru longtemps établi, et des historiens comme Auguste Poirson ou Jean-Jules Clamageran l’ont soutenu sans réserves. Mais d’autres, après eux, en ont douté. Ainsi Albert Chamberland, qui n’a pas rencontré dans les registres du bureau des finances de Châlons le titre de surintendant attribué à Sully, accorde que celui-ci a eu la « principale charge », la « direction » des finances, mais estime que ces expressions ne sont nullement synonymes de « surintendance générale des finances », et récuse le témoignage d’un arrêt du Conseil du 16 août 1608, dans lequel apparaît le titre de surintendant, parce que ce document ne figure que dans les Économies royales*.M. Roland Mousnier, qui re­prend le problème dans son étude sur les pouvoirs de Sully5, signale deux documents officiels où ce dernier est qualifié de surintendant : une lettre du bureau des finances de Caen de 1599, et une décharge dé­livrée par le ministre au trésorier de l’Épargne en 1602.

Lire la suite (Persée)